PUBLICITÉ

L'argent de poche: pour ou contre?

Finances et consommation 6-7 ANS image article
Retour au dossier
Tout sur la rentrée

L'argent ne pousse pas dans les arbres, hélas! Alors, faut-il oui ou non commencer à donner une allocation aux enfants? Et si oui, doivent-ils contribuer aux tâches ménagères en retour? Pour vous aider à faire un choix éclairé, nous avons comparé trois portraits types de rétribution.

Donner une allocation à ses enfants est un choix propre à chacun. «La décision repose sur les valeurs personnelles qu'on souhaite transmettre à nos enfants.

Pour ou contre?

Dormir avec son enfant
La circoncision
Le Ritalin
L'argent de poche
Couches: papier ou coton?
Parents copains ou autoritaires?
La dérogation scolaire

L'essentiel, là comme dans n'importe quelle situation, c'est la communication. Donner de l'argent de poche n'est pas un geste innocent, car nous devons, en tant que parents, initier nos jeunes à l'épargne et à la bonne gestion des finances le plus tôt possible. Une chose est certaine, il faut tenir compte des besoins de chacun et de la situation financière familiale. Et si votre ado insiste sur le fait que 25$ par semaine ne lui suffisent pas pour faire face à ses «petites» dépenses personnelles, vous auriez peut-être intérêt à essayer d'en savoir plus long sur la nature desdites dépenses...»

— Suzanne Vallières, psychologue

PORTRAIT 1

Parents qui donnent une somme d'argent pour à peu près tout (se brosser les dents, ranger sa chambre, mettre son assiette dans le lave-vaisselle, etc.

Avantages:

• Il est difficile de parler d'avantages, car c'est la meilleure façon d'amener votre enfant à avoir des demandes incessantes pour obtenir plus d'argent de poche.

Pièges:

• Il ne faut pas perdre de vue que notre rôle, en tant que parents, est de garder un oeil sur ce que les jeunes font de leur allocation.

• Il ne faut pas trop en donner pour faire comprendre au jeune qu'il ne suffit pas de demander de l'argent pour qu'il apparaisse. D'où l'importance de déterminer avec lui le type de tâches qui sera rémunéré. Par exemple: «Je te donne 5$ si tu ranges ta chambre et non seulement si tu fais ton lit; 2$ si tu passes la balayeuse au sous-sol et pas uniquement dans ta chambre», etc. Toutefois, cette façon de faire risque de devenir lourde avec le temps, car le parent devra prévoir un système pour contrôler si la tâche ménagère a été faite ou pas.

• L'enfant se crée des besoins qu'il n'avait pas à l'origine et utilise son argent de poche pour faire l'acquisition de jeux vidéo, de nouveaux patins à roues alignées, etc.

• Il devient difficile de fixer un certain montant quand on opte pour une telle démarche: 1$ ou 2$ par tâche; 5$ pour 5 tâches? Et si vous commencez à donner de l'argent de poche chaque semaine à votre enfant de 7 ans, combien devrez-vous lui donner à l'adolescence?

L'avis du psy:

La psychologue Suzanne Vallières est en désaccord avec cette démarche. «Idéalement, on ne doit pas rémunérer son enfant parce qu'il fait son lit, ramasse ses vêtements ou fait la vaisselle. C'est normal qu'il fasse sa part à la maison. Et quand on donne à un jeune une récompense matérielle pour tout ce qu'il fait, sa motivation ne sera plus la même, et il ne connaîtra jamais la fierté d'avoir pris l'initiative de participer aux tâches ménagères.

D'ailleurs, cette démarche peut devenir problématique pour les enfants en bas âge car, avant 8 ans, l'enfant n'a pas la notion de l'argent, ce qui pourrait créer chez lui des besoins qu'il n'avait pas avant. Par exemple, un jeune qui se balade avec de l'argent dans sa poche peut décider de s'offrir des bonbons. Est-ce vraiment là ce qu'on souhaite?»

Page 1 | L'argent de poche
Page 2 | Non, c'est non
Page 3 | En échange de travaux