PUBLICITÉ

Le fil rouge : 30 histoires d’adoption, 30 histoires d’amour

Finances et consommation image article

Je l’ai lu comme on lit un roman, en sachant que rien n’était fiction là-dedans.

Je l’ai lu avec émotion, même si les histoires qu’il racontait étaient loin de ma réalité.

Je l’ai lu dans l’intimité, dans le silence.

J’ai lu Le fil rouge, un recueil de lettres écrites par des parents ayant adopté un ou plusieurs enfants en Chine.

Selon une légende chinoise, un fil rouge invisible lie les personnes destinées à se rencontrer, sans que le temps, la distance ou les circonstances n’y puissent rien. Ce fil peut s’étirer ou s’entremêler, mais il ne se cassera jamais. *

Ce fil, plusieurs des parents du livre en ont parlé. Il y a un lien entre eux et ces mères chinoises, qui on dû abandonner leur bébé. Ces femmes sans nom et sans visage, qui leur a fait le plus beau cadeau qui soit : la chance de se faire appeler « maman » et « papa ».

Certains s’adressent aussi aux deux parents biologiques. Un père s’adresse uniquement au père de sa fille.

Avec son style propre, chacun aborde son histoire sous un angle intéressant.

Tous ont un pensée plus ou moins régulièrement pour celle qui a mis leur enfant au monde, loin là-bas. Ils se demandent si tel talent, tel trait physique ou de caractère de leur enfant lui vient d’elle.

Ils se demandent pour quelles raisons cette inconnue a dû laisser son enfant aux portes d’un orphelinat. Ils se demandent si elle est demeurée tout près, attendant que quelqu’un trouve le nourrisson.

Certains expriment leur reconnaissance à cette mère sans nom pour avoir pris la peine de bien vêtir le poupon qui deviendrait leur enfant. Plusieurs tentent de la rassurer sur les débuts de vie de ce bébé à l’orphelinat ou en famille d’accueil et ensuite, au Québec.

En majorité, ils aimeraient pouvoir raconter leur histoire à cette maman chinoise. Ils aimeraient aussi beaucoup, connaître les morceaux de vie de leur enfant que seule elle connait. Comment s’est passé la naissance? Bébé avait-il un frère ou une sœur? L’historique génétique, quelle est-elle?

Que raconter à cette petite fille ou ce petit garçon d’Asie qui a construit ses racines au Québec?

J’avais pensé vous copier ici des extraits touchants… Mais il y en a trop. Je vous laisse les découvrir vous-même, sur papier.

Vous n’avez pas adopté? Moi non plus. Mais je pense que prendre le temps de lire ces histoires de parents « non bio » peut nous aider à mieux comprendre beaucoup de choses. Ces mamans qui n’ont pas porté leurs enfants en elles, mais qui, avec leurs conjoints, les ont porté souvent bien plus que 9 mois dans le cœur et l’âme. Ces parents qui se sont questionnés : Était-ce égoïste de « déraciner » un enfant de son pays? Ces parents qui ont parfois assumé aussi certains aléas de l’existence. Des handicaps, des maladies. Adoption ou accouchement, on ne peut pas tout prévoir et on aime autant…

On pense également à ces parents de Chine, qui ont dit adieu à leur enfant… Comment juger, nous qui ne nous sommes jamais fait dicter le nombre d’enfants que nous avions le droit de mettre au monde et d’élever? Comment imaginer, ce que ces parents ont pu ressentir, ressentent encore?

« Dans quel bras tiennent-elles nos bébés, les mères au gros nez ? » « Dites-leur que le bébé ne pleurera pas longtemps si elles le tiennent dans le bras gauche parce que les battements du cœur des mères sont tous pareils même quand elles parlent une langue différente » *

J’aimerais que ces mères chinoises, qui questionnent les occidentaux quand elles en rencontrent, aient la chance de lire ce livre.

Pour qu’elles sachent que leurs bébés sont bercés par des cœurs québécois débordant d’amour.

Ça ne pourrait pas enlever toutes les peines, mais ça serait déjà ça…

 

En terminant, bravo et merci aux parents qui se sont confiés dans ce livre. Bravo à tous les parents adoptifs qui passeront peut-être par ce billet. Après l’abanDON par les mamans chinoises, vos enfants ont reçu votre don à vous. On peut laisser de côté le terme adoptifs. Avec autant d’amour, vous êtes des parents « tout court ».

 

 

 

*Tiré du livre Le fil rouge