PUBLICITÉ

Une allocation? Oui, mais à partir de quel âge?

Finances et consommation 6-7 ANS image article
Retour au dossier
Tout sur la rentrée

Le moment où on commence à gérer son argent de poche est une étape importante de l'apprentissage de l'autonomie.

Mais à partir de quel âge faut-il verser une allocation à notre enfant? Combien d'argent est-il recommandé de lui donner? À quel rythme? Avant même de songer à lui verser une allocation, il importe de lui faire prendre conscience du fait que chaque sou compte. Quel modèle sommes-nous pour lui en ce sens?

Il est bon de lui donner une certaine somme chaque semaine afin de le responsabiliser et de lui apprendre à gérer un budget, aussi minime soit-il. On peut l'encourager à poursuivre un objectif: par exemple, à s'offrir un jouet, un vêtement ou autre chose. L'objectif en question ne doit pas être trop éloigné dans le temps ni trop coûteux afin de ne pas décourager l'enfant. Du même coup, on apprend à celui-ci à désirer et à retarder le plaisir.

L'enfant qui reçoit une allocation peut être encouragé à en économiser une partie; ce sera un premier pas vers l'épargne. Afin de le stimuler en ce sens, on peut lui proposer une «prime» chaque fois qu'il aura accumulé un certain montant.

Selon son âge

- Avant que l'enfant ait 10 ans, on n'a pas à lui verser d'allocation. On peut lui donner quelques sous de temps en temps pour le familiariser avec l'argent, et lui en offrir un peu plus à certaines occasions, comme à son anniversaire. Pourquoi? Notamment parce qu'un jeune qui se balade avec des sous peut décider spontanément de s'offrir des bonbons. Est-ce vraiment là notre désir? Une tirelire ou un porte-monnaie suffisent amplement et lui permettront de ranger ses trésors.- De 10 ans à l'adolescence, c'est le moment d'établir le montant d'une allocation. Cette dernière doit être fixée en fonction des moyens des parents et des besoins de l'enfant qui, bien sûr, évoluent au fil des ans. Notre jeune doit-il payer son transport? Son dîner à l'école? Ces dépenses doivent être prises en considération. Durant cette période, il pourra ouvrir, avec notre autorisation, un compte en banque à son nom.

- Durant l'adolescence, l'enfant fait généralement son entrée sur le marché du travail à temps partiel. On peut lui proposer de payer l'essentiel — comme ses études —, alors que lui assumera ses dépenses grâce à ses revenus. Les parents n'ont pas à assumer les dépenses reliées au téléphone cellulaire, aux loisirs, etc., de leur jeune. Ils doivent demander à celui-ci de faire sa part. Autrement, ils risquent de se retrouver avec un Tanguy sur les bras. À ce stade, l'adolescent pourra, bien sûr, gérer son compte en banque personnel.

- Idéalement, on ne doit pas verser une allocation à son enfant parce qu'il fait son lit, ramasse son linge ou fait la vaisselle. C'est normal de faire sa part à la maison. Par contre, pour ce qui est des travaux qui sortent de l'ordinaire — comme repeindre l'extérieur de la maison, faire le ménage du garage, etc. — une «prime» peut lui être donnée quand il assume ces tâches.