PUBLICITÉ

Confier ses bibittes à Docteur Web

Organisation image article
Combien de fois avez-vous googlé les symptômes de vos enfants, dans votre vie de parents?
 
C’est bien ce que je pensais. On se ressemble tous. C’est fou à quel point le web est devenu un prolongement de notre univers familial. À l’heure où avoir un rendez-vous chez le médecin est aussi laborieux que dénicher un trèfle à cinq feuilles, c’est tellement trop simple de se tourner vers un moteur de recherche pour se rassurer un peu.
 
Et on est nombreux à y succomber. J’ai croisé récemment une amie, nouvelle maman. Prends des nouvelles, parle parle, jase jase, pis comment ça se passe ta nouvelle vie, etc.
 
-  Ah, les premiers mois ont été assez épuisants. Je me suis rendue compte que quand mon bébé dormais enfin (et que j’aurais dû me reposer), je passais tout mon temps à chercher des symptômes sur le web et à essayer de comprendre pourquoi elle faisait ci, ou pourquoi elle ne faisait pas ça. Je suis folle, je pense.
 
Bienvenue dans le club, ma chère. On est pas mal tous passés par là un jour ou l’autre.
 
La première et seule question qu’on devrait chercher sur Google, c’est « Comment mettre un cerveau de parent à Off? ». Mais il n’y aurait pas beaucoup de réponses pertinentes.
 
Je ne sais pas trop pourquoi nous voulons tant que ça chercher à nous rassurer sur le web. Parce qu’habituellement, c’est le contraire qui se produit. On cherche un petit symptôme et voilà une multitude de nouvelles craintes épouvantables qui surgissent dans le moteur de recherche. OMG, et si c’était le scorbut???
 
Pire, une fois qu’on découvre toutes les terribles possibilités qui existent pour une simple toux, on ne peut même plus plaider l’ignorance et faire semblant de ne rien savoir des complications. Tout d’un coup…
 
Pourtant, dans 90% des cas, la meilleure réponse qui devrait apparaître en haut de la page c’est « Restez chez vous et attendez que ça passe! ».
 
***
Le pire, c’est que ça ne s’arrête pas aux petits bobos des bébés. On a le google qui va pas mal plus loin, parfois.
 
Selon des données publiées l’an passé, les parents nord-américains se questionnent beaucoup sur la « normalité » de leurs enfants, via les moteurs de recherche. Mon enfant est-il trop petit, trop timide, trop brillant, etc.
C’est parfois révélateur;  la question « Ma fille a-t-elle un problème de poids? » arrive trois fois plus souvent que « Mon garçon a-t-il un problème de poids ? ». Intéressant.
 
Et la liste de questions qu’on a pu poser à la Sagesse Virtuelle à travers les années est impressionnante.
 
Mon bébé fait des selles vertes, est-ce normal?
Mon garçon a-t-il un déficit d’attention?
Combien de cafés peut-on boire enceinte?
Est-ce normal que des frères et sœurs se chicanent?
La libido d’une nouvelle maman revient-elle un jour à la normale???
 
Si on pouvait relire tout ce qu’on a googlé dans notre vie de parents, on en rirait un coup.
 
Mais n’empêche, le Docteur Web a réellement une fonction utile. Il n’est pas génial pour donner le bon diagnostic, mais son importance se trouve ailleurs : Il donne l’impression aux parents de chercher une solution. Ce qui est beaucoup plus rassurant que de ne rien faire du tout.