PUBLICITÉ

Retour au boulot après avoir élevé les marmots…

Organisation image article
Présenté par

Défiant toutes tendances, certains parents décident de mettre leur carrière sur pause le temps d’élever leur progéniture. Mais lorsque les enfants sont rendus grands, la majorité doit réintégrer le marché du travail. Et l’on verra que c’est un retour dans le temps qui n’est pas toujours évident!

Si les congés parentaux ont la cote auprès des nouveaux parents depuis l’implantation du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) en 2006, ceux qui décident de prolonger le précieux temps passé avec leurs enfants à la maison ne sont pas légion… Toutes les personnes rencontrées dans le cadre de cet article ont pourtant dit avoir adoré leur expérience de mère (ou de père) au foyer. Quel est le problème dans ce cas? Le retour au boulot, évidemment!

Dur retour à la réalité…

Loreli est une éducatrice spécialisée qui s’est retirée de la vie professionnelle pendant plus de huit ans afin de se concentrer sur sa famille. L’an dernier, elle s’est mise à la recherche d’un emploi… un parcours beaucoup plus difficile que prévu! En effet, la maman d’une fillette de 9 ans et d’un garçon de 7 ans a vite cessé de compter les fois où elle a dû justifier aux employeurs potentiels l’énorme trou de huit ans dans son CV. Elle a d’ailleurs essuyé plusieurs refus à cause de sa trop longue absence du marché du travail.

« Ils me disaient que le domaine avait beaucoup évolué depuis mon départ et que mon expérience n’était plus à jour, confie-t-elle. Après coup, j’avoue que ç’a été difficile de replonger dans le bain après toutes ces années. Mes références professionnelles n’étaient effectivement plus pertinentes. Par contre, je me suis toujours sentie apte à exercer mon métier. »

Pour sa part, Mélina est restée cinq ans à la maison avec ses deux enfants de 6 et 4 ans. À son retour au boulot l’an dernier, sa nouvelle gestionnaire lui a annoncé le pire : elle perdait son poste d’agente administrative pour être réaffectée à celui de réceptionniste. « En théorie, c’est le même type d’emploi; mais, en ce qui concerne les tâches, j’ai été rétrogradée », souligne-t-elle. Pour une carriériste, qui se voyait chef des ressources humaines à 30 ans, la pilule a été dure à avaler. « J’ai recommencé à travailler avec beaucoup d’appréhensions, avoue-t-elle. La première journée, j’étais assise dans mon auto et je paniquais. Je ne voulais pas y retourner. »

Quelques conseils

Fortes de leur expérience, les mamans ont plusieurs conseils à refiler aux parents qui songent à retourner à leur métier après plusieurs années passées en famille. La première chose, selon elles, c’est de mettre à jour ses compétences et ses connaissances professionnelles. Puis, dans certains domaines qui évoluent plus rapidement (informatique, scientifique ou médical, par exemple), un retour sur les bancs d’école peut même être envisagé.

C’est entre autres le cas de Valérie, maman d’une fillette de 8 ans et d’un garçon de 5 ans, qui est restée à la maison avec eux durant sept ans. « Si j’avais voulu reprendre mon emploi d’infirmière, il aurait fallu que je suive un cours de perfectionnement ou que je fasse un stage, car c’est un métier qui évolue rapidement », explique celle qui s’est finalement réorientée comme éducatrice dans un CPE.

De plus, garder contact avec son équipe de travail ou des gens dans son domaine est un atout lorsque l’on désire réintégrer le marché de l’emploi. « Dans mon équipe, sur 12 employés, il en restait seulement deux à mon retour, relate Mélina. Je redevenais donc la petite nouvelle, même si j’avais déjà accumulé plus de dix ans d’ancienneté. Avoir su, je serais allée faire des tours au bureau pour maintenir des liens avec eux. Ça m’aurait permis de garder un sentiment d’appartenance avec mon milieu de travail. »

Et la vie de famille dans tout ça?

Qui dit retour au travail après plusieurs années passées à la maison dit réorganisation de la routine familiale. Quand fait-on le ménage, le lavage et les courses? À quel moment va-t-on chez le dentiste ou le médecin avec le petit dernier? Où diable trouve-t-on le temps pour effectuer toutes les tâches de la « To do List »?

Le retour à la vie professionnelle doit donc être planifié à l’avance afin de déterminer les responsabilités et les tâches de chacun des membres de la famille. Évidemment, le conjoint devra s’attendre à s’investir davantage.

Des regrets?

Malgré les difficultés rencontrées lors de son retour au bureau, Mélina ne referait pas sa vie autrement. « J’ai vécu une expérience hors du commun et inoubliable, se remémore-t-elle. Même si je suis une femme de carrière, je recommencerais demain matin si le choix s’offrait de nouveau à moi. »

Loreli rajoute : « Même après avoir envoyé 45 CV et essuyé autant de refus, je n’ai jamais regretté mon cheminement. Quand on veut, on peut. Il n’y a pas d’obstacles dans la vie, il n’y a que des solutions. La preuve, c’est que j’ai finalement trouvé un emploi que j’adore, qui jumelle ma passion pour la petite enfance et ma formation en éducation spécialisée. »



Retour au dossier

Retour au boulot