PUBLICITÉ

Travailler de la maison

Organisation image article

Depuis que je suis travailleuse autonome, soit une douzaine d’années, les gens me demandent régulièrement comment faire « comme moi ». Surtout les mamans, qui voient dans cette avenue la solution rêvée à la conciliation travail-famille.

C’est vrai que c’est une des solutions possibles. C’est la mienne et je l’aime.

Bientôt, vous pourrez lire l’avis d’autres parents dans le magazine Yoopa.

En attendant cet excellent article, je vais essayer de vous partager mon point de vue tout personnel.

Avant tout, il ne faut pas considérer le travail autonome comme la solution à tous vos maux. Même sans boss dans le dos, vous aurez du boulot. Il faut rendre la marchandise à vos clients, c’est normal. Sinon, pourquoi seriez-vous payé(e)?

Ensuite, il faut être certain(e) que le travail autonome colle à vos besoins, vos talents et votre personnalité. Si vous angoissez sans cesse pour votre avenir financier, si vous ne pouvez pas songer à vivre sans « sécurité d’emploi », avantages sociaux, congés payés, syndicat, etc. Oubliez ça.

Attendez-vous aussi à ce que tout ne démarre pas en flèche. Ce n’est pas dit que vous gagnerez 100 000$ la première année, ni la deuxième… et peut-être pas les autres.  Mais peut-être que oui, il ne faut pas partir négatif.

Si vous avez besoin d’un horaire routinier, oubliez ça aussi je crois… Il y a toujours quelque chose à faire. Au début, on cherche des contrats. Ensuite, on peut avoir trop de contrats pour entrer tout dans un 9 à 5. (Et si comme moi on travaille sur le Web… ben ça ne ferme jamais le Web…) Sans compter que vous êtes à la maison. Les appels, la porte qui sonne, le lavage, les repas… Et tout le monde qui pense qu’en fait, vous ne travaillez pas et que vous passez vos journées devant les Feux de l’amour (Au fait, ça joue encore cette série? La preuve que je n’ouvre pas la télé le jour!)

En résumé : Si vous n’aimez pas la routine, si vous êtes à l’aise avec des paies inégales (À ce chapitre, un(e) partenaire de vie avec un revenu stable, ça aide…Mais on peut faire sans, comme je l'ai fait longtemps.) et si vous êtes prêt(e) à consacrer beaucoup d’énergie à vous lancer et vous faire connaître, go!

Certains vous diront qu’il faut aussi beaucoup de discipline. Je ne me considère pas du tout disciplinée… Mais j’aime mon boulot alors je le suis probablement sans trop m’en apercevoir. (Par contre, pour le reste de mon quotidien… on repassera!)

Ah mais bien sûr! C’est la base. Aimer le domaine dans lequel vous vous lancez. Pour ma part, je ne pourrait pas être autonome en vendant des Tupperware ou en faisant de la rénovation. Donc primo, avant de dire « Je veux être autonome », assurez-vous de savoir dans quel secteur de ce vaste univers vous voulez déambuler… Et si ce secteur ne semble pas exister, c’est super! Inventez-le!

Comme je vous le disais plus haut, des mamans me demandent souvent comment « faire ce que je fais ». Certaines par réel intérêt pour mon domaine, d’autres par « désespoir » (d’obtenir plus d’argent, de sortir du statut de mère au foyer, de gérer le quotidien avec un enfant différent, de se sentir moins coupable d’avoir des aspirations professionnelles (puisque gardant les enfants)…). Et certaines parce qu’elles pensent que c’est comme un passe-temps qui paye.

Peu importe vos raisons, sachez que ça ne se fera pas en criant ciseaux. Je ne me suis pas réveillée un matin en me disant que j’allais ouvrir des comptes sur les réseaux sociaux et me trouver un job dans le domaine dans l’après-midi… Avant de proposer mes services, il fallait que je maîtrise suffisamment les outils.

Et je le répète, même en maitrisant cela, il faut aimer ça. Aimer les outils, l’environnement et les gens.

Et aimer jongler!

Entre les enfants, les imprévus, le quotidien qui ne prend pas de pause. Mettre le boulot de côté pour border un enfant, se coucher tard parce qu’on a décidé de jouer avec lui dans la journée et qu’il faut respecter une échéance… Répondre à un client pendant que le souper brûle, envoyer des courriels professionnels en faisant l’épicerie. Et quand un virus frappe, travailler dans la salle d’attente du médecin, dans le lit avec Junior fiévreux, ou encore là, vous rattraper la nuit quand c’est possible.

Je dresse un portrait sombre? Je ne pense pas. Moi j’aime ça comme ça. D’autres détesteraient.

Ce que j’aime, c’est cette impression d’être la seule en vacances quand je m’installe sur une terrasse pendant les heures de bureau ou que je prends une pause DVD en milieu de journée.

J’aime les défis, j’aime l’imprévu. Et en fait, je suis allergique aux bureaux…

Alors non, je ne vous donnerai pas mes contrats ;) Mais je sais que vous pourrez trouver les vôtres, si c’est ce que vous voulez vraiment.

 

Derniers conseils :

-        Pratiquez la surdité sélective. Pour ne pas vous laisser stopper par tous les « C’est impossible, tu rêves en couleurs » ou autres éteignoirs.

-        Entourez-vous de gens inspirants et dynamiques qui ne vous considéreront pas comme un extra-terrestre de choisir une avenue moins fréquentée.

-        Laissez tomber les jaloux (qui sont souvent ceux qui ne croient pas en vos chances au départ, mais qui ensuite, veulent votre place!)

-        Oubliez les offres d’argent facile sur le Web. Si c’était si payant, ça se saurait depuis le temps!

-        Ne vendez pas vos services ou produits à rabais. C’est difficile de s’autoévaluer, mais il le faut. Vous pouvez vous informer des tarifs demandés ailleurs.

-        Ne pensez pas prendre toute la maisonnée en charge parce que vous « êtes à la maison ». Votre partenaire doit s’impliquer!

-        Souvenez-vous que ce n’est pas parce que vous êtes à la maison que vous avez le temps d’être bénévole toutes les semaines à l’école de votre enfant! Sachez dire non sans culpabiliser.

-        Soyez authentique et réseautez. Le bouche à oreille est on ne peut plus efficace.

-        Agissez en pro même avant d'être pro.

-        Restez à l'affût de tout ce qui se fait de nouveau dans votre domaine.

-        Partenaire et enfants ont du mal à comprendre votre travail et à respecter votre bulle? Ne baissez jamais les bras. Ils finiront par prendre le rythme (si vous tenez bon!)

-        Amusez-vous! Si ça ne vous amuse plus, retournez vers un quotidien plus stable.

-        Quand vous avez du mal à décrocher, allez jouer avec vos enfants!

-        Quand tout le monde vous dira que vous travaillerez trop… Vous ne les écouterez probablement pas. Mais quand vous vous direz que vous travaillez trop, prenez-les, ces vacances!!!

 

D'ici là, bon succès!!!