PUBLICITÉ

10 situations qui font douter de soi

Parents image article

Être parent, c'est douter souvent de soi. Et par conséquent, de ses capacités parentales. C’est normal, mais ça doit rester temporaire.  Il y a certaines situations qui peuvent secouer un brin notre confiance:

1. Quand nos enfants se chicanent sans arrêt

« Mais qu'est-ce que j'ai fait pour qu'ils soient incapables de s'aimer deux secondes, ces enfants-là? » Quand ça brasse, on oublie parfois les bons moments. Les conflits bouleversent plus que la sérénité.

2. Quand on fait une gaffe

Personne n'est parfait. Rater son coup, faire une erreur, se tromper royalement, ça arrive. Il faut se repentir, mais pas trop se flageller. On a souvent tendance à exagérer nos mauvais coups au détriment des bons.

3. Quand une crise de bacon survient

Au beau milieu d'une crise en public, quand les idées et les ressources nous manquent pour gérer la situation efficacement, c'est probable qu'on doute de soi. Ça passe.

4. Quand on se compare

Le dicton "Quand on se compare, on se console" a été inventé avant l'apparition des réseaux sociaux. Là-dessus, c'est le festival du flash et de l'enfant-trophée. Pas étonnant qu'en reluquant la vie supposément trépidante des autres, on trouve la nôtre très ordinaire. Pauvres enfants avec des parents plates.

5. Quand notre enfant subit (ou fait subir) de l'intimidation

Juste le mot est devenu tabou, de nos jours. Un mot qui fait peur. Quand il entre dans notre réalité, ne serait-ce qu’indirectement, il nous fait frémir. Et ce n’est pas rare qu’on se trouve démuni.

6. Quand notre enfant nous tient tête. 

Un enfant (en âge de réaliser ce qu'il fait) qui envoie promener ses parents, ça secoue. Même si habituellement, c'est temporaire et que tout rentre dans l'ordre rapidement, le doute s'installe. « Ayoye, moi je n’aurais jamais osé dire ça à mes parents! Suis-je trop mou?»

7. Quand notre enfant éprouve des difficultés

Quand ça va moins bien dans un domaine, c’est facile de se jeter le blâme. À l’école, dans les sports, dans les relations sociales… On se demande toujours si c’est notre faute. Et si j’avais détecté ça plus tôt? Et si j’avais fait les choses différemment? Et si et si et si?

8. Quand notre enfant développe des mauvaises habitudes

On fait de notre mieux pour en faire des humains fonctionnels. On accepte bien les petits écarts parce que la perfection, ça n’existe que chez Caillou. Puis un jour, on nous fait remarquer leurs petits travers sous un autre angle et l’angoisse s’installe. J’aurais donc dû faire ci ou ça… J’aurais dû réagir avant… etc.

9. Quand notre enfant manque de confiance

Ce qu’on regrette le plus dans la vie, c’est de ne pas avoir foncé au bon moment. D’avoir reculé, d’avoir eu peur. Quand on ressent chez notre enfant une confiance fragile, on craint que ça le hante lui aussi. Et comme nous sommes ce que nous sommes, la culpabilité s’en mêle.

10. Quand l’énergie nous manque

Y’a des jours où être parent semble une tâche insurmontable. Trop difficile, trop flou, trop démoralisant. On se demande sincèrement si nous sommes les seuls au monde à ne pas trouver de plaisir là-dedans. Puis les heures passent, on reçoit un mini câlin, on savoure un petit sourire, on regarde un enfant dormir et soudainement, tout va mieux.

 

Y’a pas de secret pour trouver le chemin de la sérénité parentale. Douter, ça fait partie de l’aventure. Il ne faut juste pas laisser le doute gagner la bataille.

Vous êtes forts.