PUBLICITÉ

La vie de parent est un jeu de serpents et échelles

Parents image article

La vie de parents, c’est loin d’être un long fleuve tranquille. D’accord, il y a des journées plus « égales », mais aussi, bon nombre de routes cahoteuses, voire, de montagnes russes.

Au quotidien, notre existence pourrait se comparer au classique jeu de serpents et échelles… 

Voyons si on pourrait en commercialiser une version. Prenons des exemples au hasard pour en faire un prototype.

 

Vous avez passé une excellente nuit et vous vous réveillez reposé(e). 
Fillette débarque aussitôt dans votre chambre la couche débordante et… très nauséabonde.
Fiston a voulu vous faire plaisir et vous a préparé un déjeuner…
...en vous laissant une cuisine apocalyptique à nettoyer.
Vous êtes content(e) de ne pas vous énerver. Après tout, c’est mignon, tous ces efforts de sa part.
Vous glissez sur de la margarine et tombez sur un éclat du pot de confitures. Vous vous énervez. 
Les enfants s’entendent pour regarder le même film (vous offrant la possibilité de lire le journal en buvant votre café tranquille).
Vous passez 20 minutes à chercher la maudite télécommande.
Vous recevez un appel d’une garderie. Après un siècle d’attente, on a une place pour votre fillette. 
Mais c’est à l’autre bout du monde.
Vous ferez avec…
Comme c’est pédagogique aujourd’hui pour fiston, vous décidez de passer du « temps de qualité » avec vos enfants. Vous avez mille idées en tête et tout le monde est enthousiaste devant votre proposition de magasinage pour commencer. 
Ça prend quand même 30 minutes réussir à préparer tout le monde.
C’est enfin le départ.
10 rues plus loin, vous vous rendez compte que vous avez oublié votre portefeuille. On vire de bord, les enfants chignent.
Ce retour vous permet au moins de prendre au passage le toutou fétiche de fillette avant qu’elle ne pleure.
Mais elle échappe Toutou dans une flaque de boue en sortant de l’auto : méga crise en public.
Au magasin, vous trouvez un suuuuperbe ensemble de neige pour Fiston.
Évidemment, il n’y a pas sa taille. À quoi pensiez-vous? Fallait acheter en juillet!
Après quelques heures de...
...et de...
...en tous genres au centre d’achat, vous décidez de faire un dernier arrêt pour renouveler votre stock de produits pour bricoler. Ça ne coûtera pas cher au magasin à 1$.
Mais il n’y a plus grand-chose à 1$ là-bas, donc votre panier qui déborde allège votre compte bancaire.
Retour à la maison pour diner sans que les enfants demandent un arrêt au Mc Do.
Vous leur servez un repas équilibré, ce qui fait du bien à votre cœur de parent.
Fiston fait « ouach »
Fillette s’endort la face dans son assiette...
...et honnêtement, vous aviez envie d’un Mc Do, vous.
Vous profitez de la sieste de fillette pour commencer un super projet brico avec votre grand, qui en est ravi
...et vous sentez que vous êtes un chouette parent.
Mais la colle cheap ne colle pas...
...fiston se coupe un tout petit bout de doigt...
...et réveille sa sœur en hurlant. 
Pendant que vous cherchez un pansement de Spiderman pour finir par donner la honte à votre fils avec un de Pouliches, Fillette – qui a fait tomber la nappe- a ouvert les pots de gouache. Vous aurez une table à décaper.
Mais voyez le positif, c’est agréable, les projets manuels (minuscule échelle branlante).
Vos petits monstres constatent votre léger désarroi et viennent vous faire des mégas câlins (gigantesque échelle)...  
...et laissent des traces de gouaches dans le dos de votre t-shirt préféré. 
Les enfants vous aident quand même à ranger un peu...
...et vous prenez ensuite une pause ensemble devant la télé. Après avoir réglé les conflits du genre « C’est moi à sa droite! » « Non on n’écoute pas ça! », etc., ...
...vous savourez ce doux moment.
Pendant 3 minutes, car il faut une pause pipi-jus-oreiller…
Mais vous parvenez à regarder le film... 
...même si vous en sortez courbaturé(e)...
... et que vous avez complètement oublié de mettre le rôti au four. 
Vous appelez Chéri(e) pour qu’il/elle rapporte du Mc Do finalement.
Pour vous faire répondre que « Ben non, c’est mon party au bureau tu le savais! ». 
Trop fatigué(e) pour sortir encore avec les enfants, vous téléphonez à la pizzéria du coin (même si vous ne l’aimez pas).
La soirée est parsemée de...
...et de...
...puis, c’est le dodo.
Quand ils dorment –enfin!- vous fondez d’amour en les regardant 
et vous reprochez vos moments d’impatience à leur égard.
Vous décidez ensuite de prendre un bain chaud et plein de mousse...
...et vous vous rendez compte que Fiston a vidé le réservoir d’eau chaude fillette, votre bouteille de bain moussant. 
Mais vous choisissez d’en rire et de profiter de tout l’espace dans le lit.
(Il est long ce party finalement…)
Vous sombrez dans les bras de Morphé quand une odeur d’alcool vous souffle au visage (Chéri(e) est de retour).
Et c’est la que vous vous exclamez « J’ai oublié le rendez-vous chez le pédiatre aujourd’hui! 50$ d’amende…
Fiston n’a pas d’uniforme propre pour demain! 
Chéri(e)! As-tu fait le transfert pour que le chèque du cours de karaté passe en matinée? Chériiiiiii(e)?  Ben c’est ça,dors!!!! 
Mais chéri(e) murmure « Je ferai le transfert demain, j’ai lavé des uniformes et le pédiatre avait décommandé. Viens te coucher mon amour… Je suis bien réveillé(e), maintenant…
Bref, il y a des journées peuplées de serpents, d’autres qui apportent plusieurs échelles.
Bobos, gaffes, oublies, accidents, chicanes, fatigue, imprévus, stress…
Guérison, réussite, solutions, rires, tendresse et aussi, certains imprévus…

Certains soirs, on se couche en ayant l’impression d’être revenu à la case départ. À d’autres moments, on s’endort avec un sentiment de victoire. Parfois, le serpent est dans l’échelle. Parfois, l’échelle est sur le serpent.

C’est la vie.

Ce qu’on sait, c’est que peu importe le résultat que donne le dé, ce dernier a été lancé avec amour. Et c’est ce qui compte!