PUBLICITÉ

M comme...

Parents image article
La lettre M est la 13e de l’alphabet. Celle du milieu. La lettre de l’équilibre…
 
 
 
M comme mijotés, marmelade et macaronis, macarons et manicotis qui embaument sa cuisine et réconfortent
 
M comme la toute première musique à bercer un petit humain
 
M comme manies. Les siennes qui peuvent énerver les enfants. Les leurs, qu’elle connaît par coeur et tente parfois de corriger…
 
M comme la magie et le mystère qu’elle sait installer et entretenir, pour chaque grande et petite occasion
 
M comme la maturité dont elle doit faire preuve même quand ça ne lui tente pas
 
M comme la moutarde qui peut lui monter au nez quand ceux dont elle prend soin dépassent les bornes
 
M comme marcher, manger, mûrir, motiver. Ces verbes qu’elle apprend avec patience à ces héritiers au fil des années
 
M comme… ménage
 
M comme ménager les émotions, la fierté, l’estime, de sa famille
 
M comme les miracles qu’elle seule peut accomplir parfois
 
M comme messages. Les bons, les moins bons, les difficiles… qu’elle reçoit ou doit transmettre
 
M comme massages. Ceux qu’elle prodigue… ceux qu’elles aime(rait?) recevoir
 
M comme les moutons qu’elle compte parfois avec découragement, tentant de faire fuir l’insomnie
 
M comme… merde. Impossible de l’éviter!
 
M comme matins.  Doux matins, durs matins, matins… précoces. Moins souvent grâce matinée
 
M comme muscle. Elle n’en a pas toujours d’énormes, mais elle a développé le plus gros et le plus important qui soit: le coeur
 
M comme Madame. Ce terme pour lequel elle se sent trop jeune …
 
M comme maîtresse. Cet aspect d’elle qu’elle met souvent de côté…
 
M comme son mascara qui coule devanr leurs prouesses ou leur détresse
 
M comme les maladresses qu'elle comprend et pardonne
 
M comme multitâches, évidemment
 
M comme minute. « J’arrive dans 1 minute », « On quitte le parc dans 5 minutes », « On se couche dans 10 minutes »…
 
M comme mamelon. Symbole nourricier depuis des siècles
 
M comme dans marathon… Pas toujours reposant, son quotidien!
 
M comme dans monstres. Ceux qu’elle fait fuir pour eux. Ceux dont elle a peur, mais en secret
 
M comme malheurs. Ceux qu’elle console, ceux qu’elle évite aux siens, ceux qu’elle affronte pour eux
 
M comme métier. Celui qu’elle occupe à temps plein à la maison ou celui qu’elle tente de concilier avec la vie de famille
 
M comme mitaines. Combien de paires aura-t-elle cherchées en fin de vie?
 
M comme moule. Ce moule antique dont elle est sortie, ou celui dans lequel la société aimerait parfois la faire entrer.
 
M comme murs.  Combien de gribouillis découvrira-t-elle sur les murs de sa maison?
 
M comme cette moue boudeuse qu’elle doit parfois ignorer ou qu’elle finit toujours par faire disparaître
 
M comme les mensonges qu’elle voit venir de loin, choisissant parfois de les ignorer, parfois de les punir. Et ceux (blancs) qu’elle prononce, pour faire une surprise…
 
M comme matelas. Celui sur lequel elle rêve parfois de s’effondrer, celui qu’elle devient pour bébé qui veut seulement dormir sur elle…
 
M comme méli-mélo, salle de jeu, salon, chambres, entrée de garage… émotions
 
M comme « My God! » « My God t’es trop cool » ou « My God c’est trop poche! »
 
M comme marelle, machines, marionnettes… et tous les autres jeux qu’elle anime, invente, offre…
 
M comme les magasins qu’elle parcoure plus souvent pour les autres que pour elle
 
M comme le minet qu’elle nourrit et soigne souvent à leur place
 
M comme mastodonte. Elle s’est déjà sentie grosse comme ça, en les portant et même après…
 
M comme ces moulins à parole qui lui demandent souvent toute l’attention du monde
 
M combles leurs maladies qu’elle soigne à toute heure du jour ou de la nuit
 
M comme mourir. Elle n’en a pas le droit, mais le ferait pour eux sans hésiter
 
M comme le premier mot souvent prononcé par un bébé
 
M comme la mégère pour laquelle elle ne veut pas passer!
 
M comme dans ça ne s'arrête pas à la majorité
 
M comme la marmaille qui la fait passer par toute la gamme des émotions et des expériences de vie
 
M, comme les moments inoubliables que l’on passe avec elle
 
M comme ce merci qu’elle n’entend pas nécessairement souvent
 
M comme mille et une autres caractéristiques
 
M comme aime
 
M, comme (la) meilleure

M, comme …
 
MAMAN
 
 
(Ou comme MOM, si elle a des ados!)