PUBLICITÉ

Seul à seul!

Parents 10-12 ANS image article
Vous le savez, j’ai 4 enfants. Je dois donc chaque jour essayer de me diviser en quatre pour satisfaire tout mon monde. En cinq si j’inclus mon conjoint…
 
Si une femme pouvait avoir le don de se subdiviser, je crois qu’une bonne partie de ses problèmes disparaîtraient! En tout cas, le sentiment de culpabilité si présent quand on est maman aurait beaucoup moins sa raison d’être!
 
Je pense à ça parce que j’ai eu l’occasion, pendant la semaine de relâche, de partir quelques jours avec mon plus vieux en voyage. Pour ses 10 ans, sa marraine l’a invité à venir la visiter en Floride et il m’a demandé de l’accompagner. 
 
Ce qui m’a le plus frappé pendant ce voyage c’est à quel point mon grand garçon était en manque de sa maman… Ça fait dix ans qu’il est dans ma vie, mais ça fait sept ans qu’il me partage avec ses frère et soeurs. 
 
Sans jamais vraiment se plaindre, il participe aux tâches familiales, accepte que je ne peux pas rester à sa partie de hockey, ne dit rien quand je lui demande de monter se coucher seul parce que je suis épuisée après avoir couché les trois autres!!! Il ne se plaint pas, mais il en souffre… 
 
Les plus vieux de famille ont cette lourde responsabilité de devoir grandir plus vite que les autres. Ils sont appelés à devenir responsables plus vite, à aider plus que les autres, à être plus raisonnables, plus indépendants…
 
On leur demande de devenir des petits adultes avant leur temps. Je le sais, je le fais avec mon grand. Je ne m’en rends pas toujours compte quand je le fais, mais ce moment passé seule avec lui m’a permis de réaliser à quel point il faut que je sois plus attentive à lui et qu’il a encore besoin de sa maman au même titre que les autres. 
 
Ce qui m’a plu pendant ce séjour c’est que j’ai essayé de mettre de côté la maman et laisser Isabelle, la femme, découvrir son garçon sous un autre jour.
 
Pendant 4 jours, je lui ai donné accès à un côté de moi qu’il ne voit pas souvent. J’ai essayé de laisser de côté les reproches, les blâmes, les jugements. J’ai essayé d’écouter plus que de parler. Je lui ai fait de la place dans ma vie. Ça m’a donné l’occasion de découvrir l’être humain extraordinaire qu'il est en train devenir avec ses intérêts, ses préoccupations, ses rêves, ses aspirations, ses inquiétudes. Un être humain tout en nuances, en beauté et en complexité. 
 
C’est ce temps d’arrêt, ce moment d’intimité entre nous qui m’a donné accès à cette facette de lui que la routine, les activités et le manque de temps m’empêchent de voir dans toute sa splendeur. 
 
Ce que je retiens de ce que j’ai vécu avec mon garçon pendant ces 4 jours c’est qu’il ne faut pas tirer sur la carotte pour qu’elle pousse, ne pas le « surresponsabiliser", et surtout créer des occasions pour qu’on retrouve la qualité de cet échange si précieux entre nous!
 
On aime tous se sentir unique!