PUBLICITÉ

Tentations parentales

Parents image article
Bon, levez la main ceux qui pigent dans le sac de bonbons de leurs enfants?
 
Hou, j’ai senti jusqu'ici le vent de toutes ces mains levées!
 
Bien sûr qu’on pige dans leur sac avec plaisir. Après tout, il y a un peu de nous autres là-dedans. Ce sont à peu près les mêmes friandises que nous avons acheté dans les dernières semaines, mais qui ont transité par d’autres sacs. À l’Halloween, rien ne se perd, rien ne crée (sauf le profit des magasins). Les bonbons restent, l’argent disparaît. C’est le cycle de la vie au mois d’octobre.
 
Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais les friandises ne me font aucun effet tant qu’elles ne sont pas devant mes yeux. Genre, j’ai beau penser là maintenant à des bonbons et je n’ai absolument pas le goût d’en manger.
 
Mais.
 
Dès que les enfants reviennent avec leur sac gonflé de bonheur, dès que mes yeux croisent les tites barres de chocolats qui voguent juste là, on dirait qu’il se passe quelque chose de chimique et mon corps appelle les glucides. Comme le chien de Pavlov qui réagit aux couleurs d’un emballage de KitKat.
 
Je n’ai pas faim, je ne manque pas de sucre, je n’ai aucun avantage à grignoter, et pourtant, la main se tend toute seule. Juste une petite barre, me dis-je en me croyant presque. Mioum. Diable que c’est bon, une petite barre.
 
Je suis certain qu’à l’usine de chocolat, ils font exprès de faire les petites barres meilleures que les grandes. « On va les avoir au nombre! » se disent-ils avec leur machiavélisme. Et ça marche. Trop.
 
C’est un peu comme les chips. Jamais n’y a-t-il eu UNE chip mangée toute seule. Retourver une croustille toute seule dans un estomac, ce n’est jamais arrivé dans toute l’histoire de la pomme de terre. Ça vient toujours par poignées. Ou par 3 croustilles, s’il s’agit d’un minuscule sac d’Halloween.
 
Est-ce que vos enfants savent qu’ils doivent surveiller leur sac avec attention, quand vous êtes dans les parages? Comptent-ils leurs petites barres de chocolat une par une avant d’aller se coucher? Ou vous permettent-ils généreusement de goûter ce que bon vous semble?
 
Les nôtres sont assez généreux (surtout avec les bonbons moins attirants). Alors on peut se payer la traite. La tentation est forte de tout dévorer, mais habituellement, on réussit à se retenir. Le cœur est plus fort que l’estomac. Mais pas de beaucoup.
 
Oui, piger dans sac d’Halloween, ça fait partie des avantages sociaux parentaux. Un peu comme jouer au Légos ou faire la sieste; théoriquement, ce n'est pas pour nous, mais on en profite avec plaisir.
 
Bon, toute cette jasette m’a donné juste assez faim pour déballer un petit rouleau de Rockets. Bah, il y en a tellement dans le sac…