PUBLICITÉ

Un mot par mois pour 2013

Parents image article

Prendre des résolutions pour toute une année, ça peut être lourd, décourageant. Certaines personnes optent plutôt pour un mot, qui guidera leurs pas pendant les douze prochains mois. Un mot phare, un mot inspirant. Mais encore là, lequel choisir? Un seul pour tout ce qu’on veut changer, améliorer, rectifier?

Je propose donc cette année, d’élire un mot par mois pour prendre soin de nous et de notre famille. Voici des suggestions. Vous me donnerez les vôtres?

 

Janvier comme :

Justice : Comme parent, on cherche sans cesse à être juste entre nos enfants et à leur enseigner la justice. Et on a souvent du mal à ne pas être injuste envers soi-même… Et si en janvier, on essayait de l’être?

Jubilation : Jubilation est un mot intense. Il peut sonner jovialiste sur les bords. Mais si on essayait de jubiler devant certains petits évènements du quotidien, certains petits cadeaux de la vie? Histoire de se réchauffer, de se donner un coup d’adrénaline et qui sait? D’attirer du beau autour de nous.

Jasette : Un petit mot tout simple mais qu’on néglige parfois. Et si en janvier, on prenait simplement le temps de parler (et d’écouter)? Avec notre partenaire et nos enfants, individuellement et en famille…

 

Février comme

Foi : Ne paniquez pas, ceci n’est pas un paragraphe religieux! Avoir la foi, moi je trouve ça pratique. La foi en nous, en l’humanité, en nos projets, nos qualités, notre avenir personnel et familial… Ça vaut toujours mieux que de déprimer, déjà que février, ce n’est pas le mois le plus lumineux…

Fantaisie : Je l’ai dit, février ce n’est pas le top mois pour plusieurs. Alors pour masquer un peu le gris et faire monter notre thermomètre intérieur, on pourrait se fixer comme but d’ajouter de la fantaisie dans nos tâches et nos moments de détente?

Fidélité : Je ne me mêlerai pas de votre vie de couple ici. Je parle d’être fidèle à soi-même. Nos valeurs, nos désirs, nos buts, notre personnalité. Se connaître, s’aimer, se fidéliser à nos passions. Ce qui ne veut pas dire de devenir rigide et borné ;)

 

Mars comme

Magie : Attirons le printemps en usant de magie! Imitons nos enfants et plongeons dans l’imaginaire, le féérique. Prenons plaisir à raconter des histoires et à demander aux petits comme aux plus grands de nous en raconter. Transformons le lit parental le temps d’une soirée en château de princesse ou en tente de grand explorateur…

Mini : Ce n’est pas parce que c’est petit que ça ne peut pas être intéressant. Jouer avec nos tout-petits, prendre des minipauses, des minicollations plaisir, apporter un minichangement dans notre déco ou nos habitudes… Minimiser nos inquiétudes…

Ménage : Dépendamment de notre personnalité, on se fixe comme but de faire le grand ménage ou… de « slaquer » sur cette fixation. On jette aussi nos bibittes intérieures, on se « nettoie le mental ». Et on se met à jour dans la paperasse pour avoir la paix!

 

Avril comme

Affection : On aime les gens, on le sait. Mais la vie va vite et la gêne, la frustration, la peur et mille autres freins peuvent nous empêcher de démontrer notre affection. En avril, on découvre notre armure de quelques fils!

Agir : L’hiver nous a un peu paralysé dans nos projets? On décide de passer à l’action maintenant! On s’inscrit à ce cours qui nous tente depuis des lustres, on prend le rendez-vous qui nous fait peur, on met fin à un cercle vicieux dans la famille, on fait le voyage dont on rêve tant. On agit pour notre famille, mais on pense aussi à agir pour nous!

Apprivoiser : L’adolescence, un diagnostic X, une possibilité de déménagement ou de changement d’emploi, un nouveau voisin, une nouvelle façon d’être… Les trucs à apprivoiser sont légion dans la vie d’un parent. Choisissons-en un et voyons comment on peut l’apprivoiser…

 

Mai comme

Manie : Les manies de chéri (e) ou des enfants nous tapent sur les nerfs… On ne peut pas toujours y faire grand-chose… Mais on peut cibler nos propres manies et en modifier au moins une en mai! Qui sait? Ça pourrait inspirer le reste du clan ;)

Mariage : Marier l’utile à l’agréable, le désagréable à l’intéressant, le routinier au surprenant… Mariez-vous (ou remariez-vous si vous l’êtes) mentalement à votre chéri(e) ou à vos enfants, pour vous souvenir du pourquoi vous êtes ensemble. Mariez le jeu et les devoirs, la bouffe santé et les extras moins « bien vus »…

Mystère : Ils ont encore perdu ceci et cela et ça vous frustre? Faites-en une chasse au trésor et lancez des défis à votre tribu. Amusez-vous à être Sherlock Holmes au lieu de déprimer. Préparez des surprises pour les autres mais aussi pour vous! Pourquoi pas une case mystère à votre agenda? Vous déciderez ce jour-là de ce que vous ferez pour vous ;)

 

Juin comme

Joie : Le but de ce mois : la joie. C’est si simple! Mais si facile à oublier de cultiver aussi! En juin, trouvez matière à vous amuser, même si ce n’est qu’en restant ouvert(e) à l’autodérision!

Jamais : « Je n’y arriverai jamais », « Ça ne sera jamais possible », « Tu ne m’écoutes jamais »… Les jamais, ça nous tue et ça tue l’entourage. On déteste quand les enfants disent ça. Et si on se censurait les « jamais » nous aussi? ;)

Journée : Être parent, c’est escalader une montagne sans sommet. Au lieu de stresser, on pourrait tester le fameux précepte « un jour à la fois »?

 

Juillet comme

Jouer : Être adulte, ce n’est pas obligé d’être plate. Alors on joue! Avec les enfants, mais aussi sans. En juillet, on se lève en se demandant comme les enfants en vacances : « À quoi je joue aujourd’hui? »

Jalousie : La jalousie, c’est un fichu poison. Il y a bien sûr celle dans le couple, mais aussi celle qu’on peut ressentir devant ceux et celles qui osent vivre leur vie et remportent des victoires. Au lieu de les envier et d’ainsi, montrer un très mauvais exemple à nos enfants, on jette la jalousie!

Jackpot : Gagner le jackpot, c’est enivrant. Sauf que parfois, on est riche sans s’en apercevoir… Chaque soir en se couchant en juillet, on se demande quel a été notre jackpot de la journée. Il y en aura un… même plusieurs!

 

Août comme

Amnistie: Du grec « oubli ». Acte qui dispose que des fautes passées devront être oubliées, et qui interdit à quiconque de les rechercher ou de les évoquer sous peine de sanctions. En août, on pardonne, on cesse de remâcher des rancoeurs et on avance main dans la main!

Arrêt : On le répète, la vie de parent, ça va vite. Très vite. Et on peut avoir l’impression que si on arrête un peu, tout va se mettre à aller croche ou encore, qu’on n’aura plus le courage de se remettre à l’ouvrage… Pourtant, la Terre tournait bien avant nous et tournera encore après… On prend des pauses. Pour notre bien et… celui de l’entourage ;)

Acceptation : C’est peut-être cliché, mais c’est pratique de se mettre en mode acceptation parfois.  Accepter ce qu’on ne peut changer, accepter les différences de l’autre, accepter nos limites… Et accepter nos qualités, nos réussites, les marques de reconnaissance et d’affection…

 

Septembre comme :

Stimulation : C’est la rentrée et on regrette peut-être les vacances estivales. Alors on se motive, on se fixe des projets stimulants et on transmet notre enthousiasme à nos trésors qui ont peut-être eux aussi besoin de se faire motiver ;)

Savourer : Le repas en famille, le câlin gros comme le ciel de notre enfant, des moments de paresse pendant le week-end, le soleil qui est encore là, nos amis, la vie… On savoure!

Sympathie : On peut oublier, au jour le jour, de comprendre les peines de ceux qu’on aime, mais aussi, nos propres peines. En septembre, on prend le temps d’être plus doux envers nous et les autres.

 

Octobre comme

Obstination : D’accord, être obstiné, ça peut être un vilain défaut. Ne perdons pas le temps de nous obstiner avec les gens, ça ne fait aucun vainqueur. Mais obstinons-nous par contre à atteindre nos rêves, à vivre nos passions et ne nous laissons décourager par aucun « éteignoir ».

Ondes : Les avis sont partagés au sujet des ondes positives. Mais il me semble que ça vaut mieux de propager les positives que les négatives. On teste pour un petit mois?

Omission : Doit-on toujours tout dire? Certains mots méchants qui ont envie de sortir les jours de fatigue ou lors de discussions plus houleuses nous aideront-ils et ne risquent-ils pas plutôt de blesser l’entourage qui se braquera alors? Au minimum, on tourne notre langue 7 fois et on verra si ça vaut vraiment la peine de dire ceci de cette façon.

 

Novembre comme

Neutralité : Comme parents, on est souvent appelés à prendre parti, dans les chicanes frères-sœurs ou avec les petits voisins, dans la famille élargie ou la belle-famille, etc. Et si on décidait d’incarner la Suisse pour un mois? Les autres pourraient fort bien se débrouiller et nous, on garderait notre énergie!

Nouveauté : Novembre c’est gris. On colore donc ce mois avec quelque chose de nouveau. Nul besoin que ce soit en déco; nouvelle attitude, nouvelle habitude, nouveau passe-temps…

Niaiser : En avez-vous marre parfois de toujours devoir être sérieux ou de tout prendre au sérieux? Et si on provoquait des moments de simple niaisage? Danse, pitreries, blague à deux sous, chapeau rigolo… Les enfants nous trouverons fous sur le coup, mais rigolerons J

 

Décembre comme

Détente : Préparatifs des fêtes ou pas, on pense à se détendre. Si on devient une boule de stress, comment demander à nos enfants d’être calmes? Et la détente fitte mieux avec les chansons de Noëls ;)

Don : Décembre, c’est déjà le mois de la générosité. Mais on peut réfléchir à ce qu’on donne, à qui on donne et pour quelles raisons on le fait.  Et si on sent que notre don est forcé, on rectifie le tir, donnant ainsi un bon exemple à nos enfants.

Derrière : Malgré vos mots phares, vos bonnes intentions, vous n’avez pas réussi tout ce que vous vouliez pendant l’année? Laissez les regrets derrière! C’est à ça que servent les années qui suivent : continuer d’avancer :)