PUBLICITÉ

Procréer ou ne pas procréer ? Telle est la liberté !

Famille image article
Au hasard de ma navigation web hier, je suis tombée sur cet article :Une jeune femme organise une fête pour les non-parents.
 
Je n’y vois aucun problème. Toutes les occasions sont bonnes pour célébrer et la non-parentalité est un mode de vie tout aussi acceptable et enrichissant que la parentalité, selon moi.
 
Pourquoi j’en parle alors?
 
Parce que c’est sidérant de lire certains commentaires des gens sur Facebook ou sous l’article en question.
 
D’un côté, des « pros parentalité » qui se sentent attaqués par certains propos. Par exemple, le fait qu’une dame affirme ne pas vouloir d’enfant pour préserver l’environnement. Moi-même, je pourrais choisir de m’en offusquer, puisque ça fait de moi la Hummer de la parentalité! Chacun fait sa part comme il veut et peut pour la planète. Certains se forcent à composter, d’autres ne font pas de bébés pollueurs. (Et oui, certains compostent, recyclent, militent, etc., et ne font pas de bébés).
 
D’un autre, des non-parents qui ressassent des témoignages usés jusqu’à la corde sur tous ceux qui ne devraient pas se reproduire tellement ils sont inaptes. Vous savez, les parents qui vont dans d’autres restos que le Mc Do et qui laissent courir leur affreuse marmaille entre les serveurs? Entendons-nous; il y a des parents trop laxistes. Mais est-ce possible d’arrêter de se baser sur ce genre d’anecdote somme toute assez isolée pour traiter tous les parents de gros épais?
 
Évidemment, les deux camps sortent la carte de l’égoïsme.
 
« Il faut être égoïste en titi pour mettre un enfant au monde à notre époque et le mettre dans la m…! »
 
« Faut vraiment être égoïste pour refuser de se consacrer à un petit être! »
 
Etc.!
 
C’est un débat qui ne va nulle part.
 
Des gens choisissent de ne pas devenir parents. De ce nombre, certains en ont marre de se faire critiquer sur le choix (ou de se faire dire qu’ils changeront d’idée). Une partie d’entre eux désirent qu’une fête leur soit consacrée, comme il existe une fête des Mères et une fête des Pères. Soyons honnêtes, de nos jours, il y a une journée nationale ou une fête pour tout et rien, alors une de plus? Pourquoi pas?
 
Ce n’est pas la fête ou l’absence de fête qui semble déranger les gens. C’est le choix de faire ou de ne pas faire un ou plusieurs bébés.
 
Pour ma part, je vois une solution si simple que je me demande si je peux l’énoncer :
 
Respectons les choix de chacun et vivons notre vie!
 
Tant mieux si des gens ne font pas de bébés, que ce soit par soucis écologique ou par simple non-intérêt pour la marmaille. Ça nous évitera de finir avec une politique de l’enfant unique comme ailleurs.
 
Tant mieux si des gens fabriquent plein de bébés, que ce soit par désir d’un quelconque accomplissement ou autres. Ça fait de futurs payeurs de taxes et il faut bien que l’espèce humaine continue de se reproduire (quoi qu’en disent certains)…
 
Il serait juste simplement agréable que tout le monde mette fin tant aux phrases assassines qu’aux sous-entendus passifs-agressifs.
 
Et pour ce qui est de l’égoïsme…
 
Un jour je vous parlerai de ma théorie selon laquelle on est tous et toutes, égoïstes ;)