PUBLICITÉ

Un lutin nommé malheur!

Famille image article
Depuis le 1er décembre, un malheur est arrivé chez moi, un malheur qui détruit ma qualité de vie, ajoute du stress inutile à mon quotidien et empêche mes enfants de dormir et j’ai nommé le lutin de Noël.
 
Eh oui! Ce lutin de Noël (ou Lutin-Malin dans certaines maisons) est présentement chez moi. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas le principe du lutin de Noël, je vous l’explique en quelques phrases. C’est un concept profondément stupide faisant baisser le quotient intellectuel collectif de la société qui fait en sorte que la nuit, lorsque vos enfants dorment, un lutin imaginaire (sous forme d’un toutou ou un bibelot) fait des mauvais coups dans la maison pour épater les enfants à leur réveil. Le jour, il surveille le comportement des enfants.
 
En simplifiant d’avantage : une fois les enfants couchés, vous faites un dégât dans votre propre maison et blâmer le tout sur un toutou. Ça, c’est de l’évolution! Comme si on avait besoin d’une autre raison de mentir à nos enfants. On leur fait déjà croire au Père Noël et à la démocratie…
 
Certains diront que le regard et l’émotion des enfants le matin valent leur pesant d’or, moi je dis que si vous devez renverser 2 boites de Rice Krispies sur le plancher pour faire sourire vos enfants, vous avez un problème.
 
Ce concept fait fureur sur les médias sociaux. Ça veut dire que non seulement des adultes salissent volontairement leurs maisons, mais en plus, ils s’en vantent sur Internet! Il y a des milliers de photos, de blogues, de groupes de discussion où vous pouvez trouver la meilleure façon de « thrasher » votre cuisine au nom de l’esprit de Noël. Je le sais, ma femme y va tout le temps!
 
J’ai vu des gens sur Facebook qui allaient vraiment trop loin. Un monsieur, qui a clairement beaucoup trop de temps libre, a tout défait sa salle de bain; enlevé les lavabos, le comptoir, les miroirs, etc. Bien sûr, ses enfants ont cru que c’était le lutin malin! La dernière fois que j’ai travaillé aussi fort pour mentir, c’est quand j’ai fais croire à ma femme que…. laissez faire, elle lit parfois ce blogue.
 
Mon lutin ne nous visite que les fins de semaine. Le premier matin, les enfants se sont levés à 4 h 30 pour aller voir ce que le lutin à fait… C’est là que j’ai mis mon pied à terre et que j’ai demandé poliment à mon épouse de faire quelque chose. Nous avons donc inventé une histoire comme quoi le lutin devait retourner voir le Père Noël pour travailler durant la semaine et bla bla bla. Tant qu’à leur mentir, prenons-les carrément pour des valises.
 
Donc tous les vendredis soirs, je me retrouve à devoir penser à un mauvais coup que le lutin pourrait faire. Mon premier coup, je l’ai assis à côté d’une bière vide entre deux Barbies déshabillées… Ça a été le dernier coup que j’ai eu le droit de faire. 1 à 0 pour moi.
 
Quand je me lève le matin, y’a déjà la vaisselle du soir partout sur le comptoir, le plancher pas lavé, le linge des enfants qui traîne, des marques de bottes sur le tapis et le lait de ma plus jeune qui coule dans une bouche d’aération… la dernière chose que je veux faire, c’est de nettoyer la « structure en guimauve et spaghetti » que le lut… que MOI j’ai fait!!!
 
C’est un peu ironique que ma femme me dise à tous les jours de me ramasser mais quand arrive décembre c’est « Chéri, peux-tu aller faire un dégât en bas? »
 
Le phénomène du lutin est en train de montrer à nos enfants que c’est correct de faire des mauvais coups. Jamais les parents vont chicaner le lutin; un, ce n’est pas lui qui a fait le dégât et deux, on se sent vraiment niaiseux de mettre un toutou en réflexion.  Quand je chicane mon fils après qu’il a fait un dégât, il me cri « Pourquoi tu chicanes jamais Lutin-Malin!!! » et court dans sa chambre en pleurant… c’est la magie de Noël.
 
En bonus, et ça, c’est le gouvernement qui s’en réjouit, on est en train de préparer nos enfants à accepter d’être observés en tout temps, à ce que leurs moindres faits et gestes soient enregistrés et rapportés à une entité plus grande… un peu comme Google!
 
Le seul avantage du lutin, c’est la discipline. Il fonctionne juste si on menace bien nos enfants et qu’on installe un climat de terreur. Le lutin vous surveille, il vous regarde, il sait ce que vous faites et il peut tout dire au Père Noël et vous n’aurez pas de cadeaux! Donc en plus d’être un stool, il est également un voyeur malfaisant. Bel exemple!
 
Bon, je vous laisse, je dois aller photographier un dégât pour le mettre sur Facebook et je pense que mon lutin est en train de boire mon gin!
 
Et vous? Avez-vous un lutin chez vous?