PUBLICITÉ

Anxiété? Insécurité? Vers où se tourner?

Besoins et solutions 4-5 ANS image article

Question

Bonjour,

Je vous écris parce que je suis rendue à un point où je ne sais plus vers qui me tourner... J'espère que vous pourrez me conseiller.

Ma fille a 4 ans. Son père et moi sommes séparés depuis 2 ans. Ce fut difficile au début de la séparation; j'ai pris la décision de quitter (n'étant plus capable, mentalement et physiquement, de vivre avec son père, qui a un TOC). Son père l'a difficilement accepté. En 1 an, notre poupoune a vécu la séparation, deux déménagements et la rentrée à la garderie. Ce fut très pénible.

Bébé, elle pleurait beaucoup et ne dormait pas. Elle a eu des coliques, du reflux, des intolérances, des allergies, allouette! Je l'ai allaité pendant 1 an et elle était très «demandante». Toutes les étapes de développement de l'enfant, elle les a vécu intensément (l'anxiété de séparation fut un vrai calvaire!)! Malgré tous les examens physiques, on nous disait qu'elle était en pleine santé, très éveillée pour son âge. J'ai réussi à trouver un pédiatre à 1 an 1/2, qui la qualifiait de «bébé à besoin intense».

C'est une enfant qui a toujours démontré de l'insécurité face au changement de routine ou de personne. L'adaptation à la garderie a été très longue et difficile. Elle a eu des petites phases de manie: intolérance à la saleté sur les mains, difficulté à tolérer de l'eau sur ses vêtements, panique face à un petit bobo, etc. Elle a même eu des périodes où elle faisait des crises, comme de panique. Et quand il y avait un changement d'éducatrice à la garderie, elle pleurait beaucoup et avait du mal à s'adapter.

Elle a des problèmes de constipation depuis longtemps. Elle doit prendre du Lax-A-Day, prescrit par le pédiatre, parce que ça devenait vraiment un problème. Elle se mettait à constiper constamment, se contorsionnait de douleur et n'était plus capable de fonctionner. Ça finissait toujours par une visite à l'hôpital parce qu'aucun médicament ne la soulageait. L'apprentissage à la propreté fut long, surtout pour les selles, malgré les tableaux de motivation ou les récompenses. Tout est un énorme défi avec elle!

Ses problèmes de sommeil ont toujours été présents; il y a bien eu des périodes où elle a dormi sans s'éveiller, mais je pourrais les compter sur les doigts de mes mains! Elle n'a pratiquement jamais «fait ses nuits». Et la maman que je suis est très épuisée de ne pas dormir depuis 4 ans. Elle a eu de grosses et longues périodes de cauchemars et de terreurs nocturnes et ce, très tôt. Elle s'est mise  à avoir peur du noir et elle doit dormir avec ses toutous autour d'elle, posés sur le rebord du lit. Elle s'éveille à des heures fixes, plusieurs fois par nuit; ce qui fait, je crois, que son corps s'est habitué à s'éveiller de la sorte. J'ai toujours refusé qu'elle dorme avec moi et je ne l'avais jamais ramené dans mon lit. Mais je suis rendue à un point où je n'ai plus la force de me lever 4,5,6 fois par nuit. J'ai essayé plusieurs techniques conseillées dans les livres, du côté plus «discipline», mais elle semble toujours en crise et en peur.

Grâce à la pédiatre, j'ai eu recours à l'aide du CLSC il y a 2 ans. Ça nous a plus ou moins aidé. Ils ont fait une évaluation globale du côté physique (motricité fine, globale, langage, etc.). Rien du côté psychologique, à notre grande surprise. La pédiatre a ensuite prescrit des médicaments pour l'aider à dormir (nous en avons essayé deux), mais toujours sans d'autres évaluations. Comme les médicaments ne faisaient effet que sur l'endormissement (elle n'a aucun problème à s'endormir), ça n'a pas fonctionné pour ses réveils nocturnes. La pédiatre nous a ensuite parlé d'un anti dépresseur. Son père et moi n'étions pas d'accord, puisqu'elle n'a jamais été vraiment évaluée.  Elle nous a dirigé encore vers le CLSC, mais du côté «mental». Mais encore là, la responsable de l'évaluation du dossier m'a avoué que notre fille était jeune et que le service ne serait peut-être pas adapté pour elle. Ils nous ont demandé quand même de remplir un questionnaire (on ne fait que ça!), mais j'ose avouer que je n'y crois pas vraiment. Nous ne savons plus vers qui nous tourner. On essaie pleins de trucs et on dirait que ça ne s'applique jamais à notre fille.

C'est une enfant extrêmement créative et imaginative, qui a beaucoup de caractère. Elle n'a pas de problème du côté du développement, même qu'on nous dit toujours qu'elle est «au devant» des autres enfants du même âge. À la garderie, elle fonctionne mieux et n'a aucun problème à socialiser. Elle est curieuse et drôle, lorsqu'elle n'est pas irritable à cause de ses nuits écourtées.

Je pense qu'il y a un mélange d'insécurité et des «mauvais plis», parce que oui, j'ai quelques fois «achetée la paix» par épuisement. Son père a tendance à être surprotecteur et parfois, nous avons de la difficulté à être cohérent. Je sais à quel point ce n'est pas l'idéal pour un enfant insécure. Il a lui même un problème anxieux et a de la difficulté à se contrôler, même en présence de notre poupoune,  et à se rendre compte de son comportement. Et comme un enfant, c'est une éponge...

Faudrait-il consulter en privé? Une évaluation serait-il nécessaire ou ce serait plutôt un problème de discipline? Avez-vous des références à nous proposer (sans liste d'attente surtout) ? Je voudrais pouvoir aider ma fille, mais sans la surprotéger.

Bon voilà! Ouf! Je ne sais pas si quelqu'un de votre équipe pourra me guider. Je l'espère.

Surtout, je vous remercie d'avoir pris du temps pour me lire. Ça m'a fait un bien fou de vous écrire!

D'une maman fatiguée.

Reponse

Bonjour

Vous dressez un tableau assez clair de la problématique et semblez avoir une vision assez juste de l'ensemble.

Je ne suis pas surprise que lors de votre premiere "visite" au CLSC aucun problème psychologique n'a été relevé, car il est très rare voire impossible de donner un diagnostic à un âge aussi bas. 

Compte tenu du tableau présent, il semble en effet très important que vous consultiez. Si vous allez en privé, le ou la psychologue peut vous proposer de commencer par une évaluation sommaire ou "testing" et surement un suivi. Si vous devez retourner au CLSC, (l'avantage c'est qu'il y a une prise en charge de l'enfant et du parent) vous devez repasser par votre pédiatre.

D'une façon comme d'une autre, je ne peux que vous conseiller vivement de consulter. Vous pouvez appeler l'ordre des psychologues qui saura vous diriger.  Mais pour répondre de façon sommaire à votre question. Ce n'est jamais tout une chose ou toute une autre, en ce sens qu'il peut y avoir des apprentissages de fait mais qui ont surement renforcés une problématique anxieuse déjà présente. Le suivi et l'évaluation permettent entre autre de départager le tout.

Bon courage

 

Céline Castillo

Psychologue

 

Pour poser une questions à notre experte: experts@yoopa.ca

Pour communiquer avec Céline Castillo directement pour un rendez-vous : 514-999-5893 ou en visitant le www.psychomontreal.com.