PUBLICITÉ

Attention à votre tête, les parents

Besoins et solutions image article
L’accessoire le plus utile de toute notre vie parentale ne s’achète pas au magasin. Ce n’est pas le chauffe-biberon, ni la poubelle à couches, ni les compresses d’allaitement. Ce n’est pas non plus Internet, même s’il est fort utile pour s’épancher, se rassurer ou se sentir moins seul. Ce n’est pas un meuble, ni un jouet, ni un gadget techno.
 
Non, la chose la plus utile dans notre vie parentale, c’est notre tête. Notre âme, si vous préférez. Il faut la garder en bon état, la dorloter quand c’est possible et en prendre vraiment grand soin quand elle commence à aller mal.
 
Notre cœur de parent, il fonctionne par lui-même, indépendamment du reste. Il génère sa propre énergie (de calibre nucléaire). On aurait beau lui demander de ne plus aimer, il n’en ferait qu’à sa tête. C’est ce phénomène qu’on appelle « l’amour inconditionnel ».
 
Mais la tête, elle, fonctionne différemment. Son énergie n’est pas intarissable. Et c’est pourquoi il faut y porter attention. Le stress est un état presque permanent chez les parents. À nos propres défis personnels et professionnels, on ajoute ceux de nos enfants. Parfois, le sac est lourd.
 
Et il ne s’agit pas de cas exceptionnels. Même quand ça va relativement bien, le quotidien peut devenir harassant. Élever une famille, en 2017, ça vient avec une pression intense.
 
Oui, on va se le dire, même s’ils sont la plus belle chose qui nous soit arrivée, au quotidien, les enfants ne sont pas toujours des générateurs de zénitude. Ils peuvent vider une réserve d’énergie parentale encore plus rapidement qu’un verre de jus. On porte une grande attention à leur santé, à leur estime et à leur développement, mais on néglige parfois de prendre soin de soi.
 
On n’a jamais autant parlé de la santé mentale que maintenant et c’est bon signe. Mais puisqu’il y a toujours de nouveaux candidats, il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. Avant de chercher des solutions, il faut avant tout se comprendre. Et pour se comprendre, il faut en parler. Se confier à la bonne personne, se tourner vers la bonne ressource au bon moment, ça peut faire une grande différence.
 
Si jamais autour de vous, quelqu’un semble vivre une mauvaise période, soyez compréhensif. On ne sait jamais ce qui se cache derrière. La dernière chose dont ils ont besoin, c’est d’un jugement. Choisissez les bons mots, écoutez, offrez de l’aide, parlez-en et soyez gentils. Ça peut faire toute une différence.
 
Pour protéger leur tête, on incite nos enfants à mettre un casque pour tout et pour rien. Mais nous, c’est de l’intérieur dont il faut prendre soin. Les parents, attention à votre tête.