PUBLICITÉ

Quand la performance mène à la peur de l’échec

Besoins et solutions image article

Question :

Bonjour

Je suis une maman d’un garçon de 9 ans. J’aimerais savoir comment agir lorsque mon garçon boude ou frustre et se fâche.

Dès qu’il est mécontent ou déçu il se met à bouder et parfois même jusqu'à  se fâcher. Il joue au hockey dans une équipe,  sport qu’il adore mais il est toujours contrarié, boude et pleure pour des riens. Dès qu’un entraîneur essaie de lui parler il l’écoute à peine. Je me rends compte que plus on le chicane ou le punit, il se fâche encore plus alors je ne sais plus quelle attitude adopter. J’ai essayé des tableaux de renforcement  cela n’a pas fonctionné. Nous venons de l’inscrire au karaté en espérant que cela l’aidera peut-être. Pour ce qui concerne le hockey nous avons pensé lui faire sauter un match mais je me demande si c’est une bonne idée. À l’école c’est un peu moins pire, mais à la maison et au hockey c’est moins endurable. J’aimerais avoir quelques petits trucs pour savoir comment agir lorsque cela se produit, j’aimerais vraiment que cela cesse. 

Merci à l’avance pour vos conseils,

Annick

 

Réponse :

Bonjour Annick,

Pour vous répondre, j’ai fait appel à Laury Boisvert, coach familial, nouvellement membre du Réseau Nanny secours.

 

Bonjour Annick,

Dans votre message, vous avez bien décrit les comportements problématiques adoptés par  votre fils. Je vous suggère maintenant de réfléchir sur les causes expliquant ces comportements. Ces quelques questions peuvent guider votre réflexion :

Depuis quand votre enfant réagit-il ainsi?

Y a-t-il des événements dans la vie de votre garçon qui pourraient contribuer à ces réactions?

Quel besoin ou quelle émotion semble-t-il exprimer par ces manifestations? Votre fils retire-t-il des bénéfices en se comportant ainsi?

Je vous incite fortement à questionner votre enfant pour mieux comprendre ce qu’il vit. Vous pourriez aborder le sujet en lui nommant les comportements indésirables que vous avez observés. Aidez votre fils à identifier et à exprimer les émotions vécues lors des situations problématiques. Par exemple : « J’ai remarqué que tu as pleuré à la suite du commentaire de ton coach. Comment te sentais-tu? Pourquoi? » Restez ouverte à la discussion et accueillez les explications de votre enfant sans les juger.

Accompagnez votre garçon dans l’identification des moyens qui l’aideront à mieux composer avec ses difficultés. Des mises en situation pourraient probablement l’aider. Par exemple : « Si ton entraîneur de hockey te remplace par un autre joueur, plutôt que de bouder, qu’est-ce que tu pourrais faire? » Vous pouvez également l’aider à dédramatiser les situations qui l’affectent. Par exemple : « Si tu ne réussis pas à faire un but, est-ce vraiment grave? Penses-tu que tu pourras te reprendre lorsque l’occasion se présentera à nouveau? ».

Selon les informations que vous avez mentionnées, les réactions de votre enfant semblent liées à des situations où votre enfant doit performer. Se pourrait-il que votre garçon ait peur de l’échec? Il arrive fréquemment que les enfants qui font du sport s’imposent des objectifs élevés. S’ils ne réussissent pas à les atteindre, il est possible qu’ils vivent de grandes frustrations. Il est également possible que les parents et les entraîneurs aient de grandes exigences envers les jeunes sportifs. Je vous suggère donc de vérifier avec votre fils quels sont ses objectifs, d’évaluer avec lui s’ils sont réalistes et de les réajuster au besoin. Faites le même exercice en observant vos propres attitudes envers les performances de votre enfant.

Vous dites que vous pensez punir votre garçon en lui interdisant d’aller à son prochain match de hockey. Je vous encourage plutôt à utiliser ces matchs pour aider votre enfant à développer sa capacité à mieux gérer ses frustrations, car c’est en pratiquant qu’on apprend. Incitez votre fils à s’améliorer. Dites-lui que vous avez confiance en ses compétences et que vous avez la conviction qu’il est capable de se contrôler. Manifestez-lui votre affection en tout temps, même lorsque votre enfant performe moins bien. Ainsi, il sentira qu’il a de valeur à vos yeux, peu importe ses performances.

Je vous invite à mettre davantage l’accent sur l’effort que votre enfant déploie plutôt que sur ses exploits. Par exemple, soulignez ses talents de patineur ou son bon esprit d’équipe plutôt que les points qu’il a accumulés. Transmettez-lui l’importance d’avoir du plaisir lorsqu’il pratique un sport. Rappelez-vous que vous êtes un modèle pour votre fils. Soyez donc attentifs à vos propres attitudes face aux échecs. Si vous les considérez comme une opportunité pour aller plus loin, il est probable que votre enfant accepte plus facilement ses mauvaises performances.

En espérant que ces quelques suggestions guideront vos interventions avec brio. Pour obtenir plus de conseils personnalisés, n’hésitez pas à consulter un coach familial.

Laury Boisvert
Coach familial
Coaching familial La Lanterne

 

Pour ma part, je vous propose les deux textes suivants :

 

Hélène Fagnan
Coach familial
Fondatrice de Nanny secours
www.nannysecours.com

 

Vous aimeriez poser une question à l'expert? Écrivez ici