PUBLICITÉ

« Depuis bébé, mon chum et moi, on ne se comprend plus! »

Couple image article
 
L’arrivée d’un bébé dans notre vie de couple est un grand chambardement. Plus encore, c’est une période où les partenaires se sentent vulnérables et parfois plus vraiment sur la même longueur d’onde. Voici comment s’en sortir.
 
Nouvelle réalité
 
Avoir un nouveau bébé est une nouvelle réalité, et ce, même si on a déjà d’autres enfants. Et ce n’est pas évident.
 
On devient en quête de la nouvelle réalité de notre vie de famille. « On oublie de le dire, mais c’est une période de transition. Et qui dit transition dit aussi émotions intenses, réorganisation, recherche de nouvelles ressources autant intérieures qu’extérieures, changements, etc. Ce n’est pas simple et on sous-estime beaucoup cette adaptation », indique Isabelle Dagenais, conférencière, éducatrice sexologue et auteure du livre Être maman pour le meilleur et pour le pire.
 
Cette nouvelle réalité peut nous donner le vertige. Et c’est normal. Ce n’est pas aussi simple que l’équation : on a désiré cet enfant, on l’a, on l’aime, on s’aime et tout est facile.
 
« Parfois, les parents sont tiraillés et n’osent pas avouer qu’ils trouvent ça difficile. Ce n’est pas parce qu’on a voulu un enfant ou parce qu’on l’aime que c’est facile. Ils ont le droit de dire «On ne savait pas que ce serait difficile» ou «Je suis un peu sous le choc!» 
 
« Juste le dire, ça fait baisser la pression», estime Isabelle Dagenais. Plus encore en partageant nos émotions sur ce grand chamboulement, ça peut amener notre partenaire à nous partager aussi comment il se sent.
 
Perte de contrôle
 
L’arrivée d’un nouveau bébé signifie souvent une perte de contrôle et de nos anciens repères. On voudrait donc retrouver un équilibre rapidement. Mais on doit se laisser le temps de s’adapter. Et, on ne doit pas l’oublier, on s’adapte tous de différentes façons. »
 
On ne vit pas les événements de la même façon non plus. Beaucoup souhaitent retrouver leur vie d’avant, mais c’est une illusion : rien ne sera comme avant. On doit se créer une nouvelle routine et un nouvel équilibre», souligne Isabelle Dagenais.
 
D’où l’importance de se parler. «Il est important de se parler en couple. Par exemple, on peut prendre du temps quand bébé est couché pour simplement lancer «Hey, moi j’ai trouvé ça dur de le coucher ce soir».
 
Souvent, on croit que l’autre comprend qu’on a trouvé ça difficile, mais on ne le dit pas. Beaucoup de couples attendent en pensant que ça va se replacer entre eux. Mais non!
 
Il faut se parler et dire les choses. On énonce simplement comment on trouve ça ou les émotions qu’on a vécues sans blâmer l’autre sans même nécessairement trouver de solutions, juste pour se comprendre mieux.
 
« Des fois, ces échanges font en sorte qu’on va en trouver des solutions, mais ils servent surtout à ouvrir la discussion», rapporte la spécialiste.
 
Calmer nos attentes
 
Chaque partenaire dans le couple entretient des attentes envers l’autre, mais les femmes ont souvent des attentes un peu irréalistes. Elles s’attendent à ce que leur chum soit plus disponible pour elle, pour le bébé et pour les tâches ménagères.
 
Puis, la réalité est toute autre. Elles trouvent qu’il ne s’implique pas comme elles le souhaiteraient. «Souvent, je demande aux femmes comment était leur chum avant d’avoir le bébé. L’homme ne se transforme pas d’un coup dans la salle d’accouchement. Il faut prendre du recul, y réfléchir et avoir des attentes réalistes avec qui il était avant bébé», rappelle Isabelle Dagenais.
 
Le problème? C’est que des attentes non comblées deviennent sources de conflits et de sautes d’humeur. Le bouc émissaire par excellence devient le papa…
 
«Il faut faire des demandes claires et spécifiques des deux côtés et surtout reconnaître mutuellement ce que l’autre fait. Aussi, je suggère aux mamans d’expliquer à leur chum comment elles se sentent et ne pas assumer qu’il va le deviner», conclut-elle.