PUBLICITÉ

«Je ne m’entends plus avec mon chum.»

Couple image article
Au Québec, environ un mariage sur deux se termine par une séparation. Toutefois, si notre relation amoureuse ne nous satisfait plus, on doit éviter de prendre une décision sur un coup de tête. Petit guide pour y voir clair.      
 
Le bonheur durable à deux, on le souhaite tous, mais force est d’admettre que ce n’est pas ce qu’on vit au quotidien dans notre maison. Si on se demande si on est rendu à envisager une séparation, c’est que le malaise est grand. Voici des pistes à explorer pour en discuter avec son conjoint.
 
Y réfléchir en solo. Notre vie ressemble parfois à une course complètement folle et où on n’a pas la chance de s’arrêter pour évaluer la situation avec un peu de recul. On prend un moment en solo pour faire le point sur notre relation : ce qui a changé, ce qui ne nous convient plus, ce qui nous lie, ce qui nous éloigne, etc. On ne cherche pas tant des solutions, mais on brosse un tableau des faits question d’y voir un peu plus clair. Parfois, on pourrait avoir tendance à voir tout en noir alors que ce n’est pas la réalité.
 
En discuter en duo. On prend du temps pour discuter de la situation avec notre conjoint. Idéalement, il faudrait que lui aussi ait pu faire un petit examen de la relation en solo auparavant. Ce n’est pas un sujet dont on discute entre la corvée de vaisselle, la partie de soccer et la brassée de vêtements à plier. On se trouve un moment où on est calme et en mesure de se parler franchement sans se faire déranger. Pour certains, cela veut dire faire garder les enfants ou s’asseoir dans un café. Tout ne se règlera pas en une seule fois. On évite de précipiter les choses et de vouloir arriver trop rapidement à une décision. On risque d’escamoter le processus.  L’important est de communiquer, d’écouter l’autre tout autant que d’exprimer nos propres émotions et d’avancer ensemble vers des pistes de solutions.
 
Rencontrer un spécialiste. On peut rencontrer un psychologue pour entamer une thérapie de couple. Une telle démarche peut nous aider à voir plus clair dans notre situation. Toutefois, si on décide de se séparer, on a droit à 5 heures de séance avec un médiateur familial, en vertu de la loi du Québec.   
 
À lire pour nous aider
 
Le burn-out amoureux. Par François St Père, Les éditions de l’Homme, 2015. ISBN : 9 782 761 933 155
 
Le deuil amoureux. Par Josée Jacques, Les éditions Québec-Libre, 2013. ISBN : 9 782 764 020 784