PUBLICITÉ

L'amour en morceaux

Couple image article
Maintenant que la poussière rose de la St-Valentin est retombée, on peut enfin parler d’amour sans arrière-goût de bonbon. Parce que l’amour ordinaire existe encore le 15 février. L’amour banal de tous les jours. Le vrai.
 
Au fil des jasettes à gauche et à droite, je constate que chacun a une vision différente de l’amour. Et tant mieux. Ce serait difficile de cerner une seule définition de cette chose si complexe.
 
En fait, selon ma petite hypothèse, l’amour contient plein de morceaux. Un tas de facettes différentes, qui s’additionnent et se complètent.
 
Il y a l’amour romantique.
Le plus facile à imaginer, celui qui fait rêver, celui qui se montre la face au cinéma, celui qui baigne dans l’eau de rose. Cet amour-là existe, mais il ne faut pas l'attendre béatement au quotidien.
 
Il y a l’amour complice.
Ce qui fait que notre amoureuse est aussi notre meilleure amie. Notre confidente. Ce qui nous donne hâte de rentrer à la maison pour raconter quelque chose.
 
L’amour physique.
Vous pouvez facilement imaginer de quoi il s’agit. Y’a pas que ça qui compte, mais ça fait tout de même partie de l'ensemble. Et disons-le, c'est un agréable morceau.
 
L’amour constructif.
Vous savez, l’amour qui fait grandir. Sur lequel on bâtit, on avance, on s’élève. L’amour qui fait dire un jour que « derrière chaque grand homme, il y a une grande femme… » ou vice-versa. C’est ça l’amour constructif. Un amour qui nous rend meilleurs.
 
L’amour protecteur.
C’est prendre soin de l’autre, le guérir, le sauver même. Il y a des gens qui se sont fait très mal à cause de cette facette de l’amour. Mais avec de équilibre, ça devient une force.
 
L’amour aveugle.
C’est l’autre côté de la facette précédente. Parfois, on a simplement besoin de se laisser guider aveuglément, d’avoir une confiance inébranlable en quelqu’un. Se faire tenir la main et ne penser à rien.
 
L’amour exploratoire.
Voyager, découvrir, expérimenter, vivre du nouveau ensemble. Tout ça stimule une fibre spéciale du couple.
 
L’amour valorisant.
Se sentir plus grand, plus beau, plus fort, à travers les yeux de quelqu’un, ça fait drôlement du bien.
 
L’amour désopilant.
Le rire, c’est ce qui cimente un couple. Les moments drôles, les fous rires, les regards complices, c’est essentiel.
 
L’amour parental.
Quand on a la chance de faire équipe pour cette mission importante, c’est un nouveau pan d’amour qui se construit. Ça peut mal virer. Et même quand tout le reste s’écroule, même quand il n’y a plus une goutte d’amour dans les autres pièces du casse-tête, quand toutes les flammes sont éteintes, celle-là n’a pas le choix d’exister.
Peu importe la suite, ensemble ou séparément, pour les enfants on restera toujours cette entité indivisible. L’amour inconditionnel, quoi.
 
Et il y en a tant d'autres morceaux. Il y a des jours où une des facettes est plus brillante que les autres. D’autres où c’est l’inverse. Mais au bout du compte, ce qu'on appelle l'amour, c’est le total de tous ces morceaux.