PUBLICITÉ

Les enfants ne brisent pas un couple

Couple image article
Fréquemment, je lis des textes comme quoi la venue des enfants ébranlait, voire détruisait, la vie de couple.

Fréquemment aussi, je lis des textes affirmant que les enfants soudent le couple.
 
 
Je ne suis d’accord avec aucune de ces propositions.
 
 
En fait, ce que je pense, c’est que des petites épaules d’enfants ne peuvent et ne doivent pas porter un couple…
 
Le couple, c’est une affaire… de couple. La responsabilité, l’aventure de vie, le choix, de deux adultes.
 
Évidemment, une grossesse, une naissance, puis l’apprentissage du quotidien à trois, quatre, ou plus, ça demande de l’énergie, de l’adaptation, un investissement…
 
Je n’aime pas l’expression « travailler son couple ». Je préfère le terme investissement… Moins éreintant et plus payant!
 
Mais devenir un couple, ça demande cela à la base non? Deux individus, qui auparavant ne devaient se préoccuper que de leur nombril ou presque, faisant des choix sans trop se remettre en question et assumant seuls les conséquences de ces choix, décident de  mettre plusieurs choses en commun. Leur lit, leur toit (en général), leurs projets, leurs finances (du moins en partie), certains loisirs et relations… Et leurs microbes, leur fatigue, leurs peurs, leurs manies, leur passé respectif…
 
Des raisons pour rompre, tout couple peut en trouver des dizaines fréquemment. Des raisons pour demeurer ensemble aussi.
 
Bien sûr, les enfants peuvent intensifier certains aspects de la vie. Les beaux et les moins joyeux…
 
Le manque de sommeil, les disputes dans la fratrie, les valeurs éducatives parentales divergentes, les tâches ménagères plus importantes, les virus, etc., ça draine de l’énergie, ça bouscule les certitudes et les projets, ça peut faire oublier la spontanéité et l’intimité amoureuse…
 
Les enfants, ça peut aussi nous faire rire comme jamais, nous donner envie de nous dépasser, nous rendre fiers du chemin parcouru, nous rappeler qu’il y a « de nous deux là-dedans ». Nous réapprendre à être affectueux, nous pousser à faire équipe, nous rendre forts comme le roc lorsque de terribles épreuves se présentent.
 
Et avouons-le, nous faire réfléchir à deux fois avant de claquer la porte, valise en main après un conflit; sommes-nous prêts à tout envoyer en l’air et à métamorphoser leur vie pour une chicane de ménage ou de budget?
 
(Attention! Je ne dis pas ici que se séparer est mal. Je dis seulement que les enfants, s’ils réduisent la spontanéité amoureuse, ralentissent aussi les coups de tête colériques.)
 
Toutefois, je crois que les enfants ne peuvent et ne doivent pas être tout pour le couple. Ils sont évidemment la plus grande merveille du monde pour les parents que nous sommes. Mais un couple est d’abord formé d’amoureux.
 
Et ce sont les amoureux qui choisissent de se… « rechoisir » régulièrement pour garder leur union vivante.
 
Dans tout couple, qu’il soit formé d’amoureux-parents ou d’amoureux tout court, il y a des hauts et des bas. Et des très hauts et des très bas. 
 
Je n’ai pas de conseils pour quiconque. Chacun choisit sa propre recette pour entretenir ou ranimer la flamme. 
 
Enfin si, peut-être… Quand tout semble mal aller, ou quand simplement votre vie vous semble trop beige. Quand vous craignez que la passion ne revienne jamais entre vous deux, quand vous avez envie de vous plaindre sans cesse, d’accuser ou de carrément vous pousser. Quand la communication semble morte chez vous…
 
Taisez-vous, fermez les yeux. Souvenez-vous de tout l’amour qui vous habitait « avant », au début. Rappelez-vous pourquoi vous êtes tombé(e) en amour avec cette personne.  Non pas par nostalgie, mais par plaisir. Puis, allez vers l’autre. Prenez-vous la main, regardez-vous dans les yeux et ressentez. 
Ne vous oubliez pas. Comme personne, comme couple. Comme parents, c’est impossible, on le sait ;)
 
Et si jamais ça ne fonctionne plus entre vous, ne vous sacrifiez pas, ne vous faites pas souffrir et ne regrettez rien, d’accord?

Seulement, ne dites jamais que tout est fini « à cause des enfants » ou que vous endurez la vie à deux « pour les enfants ».

Ce serait un gros mensonge et un poids trop lourd pour ces petits êtres que vous avez créés à deux…