PUBLICITÉ

Que c’est bon de s’ennuyer d’eux

Couple image article
Partir juste en couple, ça fait du bien. Pour plein de raisons hyper importantes (entretenir son couple, penser enfin à soi, relaxer, lire, dormir, manger chaud, etc.) mais aussi pour une autre raison non-officielle : ça fait du bien de s’ennuyer un peu de nos enfants.
 
On passe tellement de temps collés sur eux, à les guider, à les accompagner, à les surveiller. On a beau croire qu’on leur laisser de l’autonomie, ils sont et resteront toujours le point central de notre vie.
 
Et de la place, ils en prennent. Mais les faire garder chez les grands-parents une fin de semaine de temps en temps afin de partir en couple, ça remet les compteurs à zéro. On finit par s’ennuyer (un peu) d’eux. Et c’est une très bonne chose.
 
Vous voyez, contrairement au dicton, quand il s’agit des enfants, les absents ont toujours raison. Quand ils ne sont pas avec nous (ou même quand ils dorment), leur cote de charme augmente drastiquement. Avouez : Plus ils nous tapent sur les nerfs dans le réel, plus ils deviennent extraordinaire quand ils sont ailleurs. Loin des yeux, près du cœur, disait l’autre.
 
On oublie les querelles, on oublie leur attitude, on oublie même qu’en ce moment même, ils sont peut-être en train de se tirailler et d’épuiser leurs pauvres grands-parents. Je vous le dis, l’éloignement temporaire est un génial outil de promotion, pour des enfants.
 
Remarquez, pour eux aussi c’est très bon de s’ennuyer de nous. Même si leur week-end est rempli d’activités, de découvertes et de privilèges spéciaux, on dirait que des parents, ça reste des parents. Ils s’ennuient même de nous entendre grogner après eux.
 
Il est même possible (tenez-vous bien, c’est une grosse affirmation) qu’ils s’ennuient de leur frère ou leur sœur, parfois. C’est rare qu’ils l’avouent, par contre. Mais c’est prouvé depuis longtemps, l’absence de quelqu’un (ou de quelque chose) lui donne toujours plus de valeur.
 
D’ailleurs, s’ennuyer tout court, c’est une bonne chose dans la vie. Ne rien faire, c’est un apprentissage. Quand on « s’ennuie » de n’avoir rien à faire, c’est qu’on s’ennuie de l’action. De la stimulation. De faire quelque chose. Donc n’avoir rien à faire donne de la valeur au reste de notre vie. Magique.
 
Les enfants sont tellement sur-stimulés dans la vie que de les envoyer chez leurs grands-parents (ou dans un milieu moins technologique, mettons), ça leur permet de vivre temporairement à un autre rythme (Et de plaindre notre propre jeunesse alors qu’on n’avait rien de tout ce qu’ils ont pour nous divertir).
 
Alors voilà, nous sommes partis quelques jours, nous nous sommes (un peu) ennuyés et nous sommes revenus. C’est peu, mais ça fait du bien. C’est un cercle vital dans l’équation familiale.
 
Et après trente secondes, au son des chicanes et des réclamations, on oublie rapidement de quoi on a bien pu s’ennuyer. Mais ça aussi, ça fait partie de la magie d’être parents.