PUBLICITÉ

Il a peur de la fin du monde

Croissance bébé et enfant image article
Présenté par

À l'aube du fameux 21 décembre, certains enfants deviennent anxieux. Lynne Pion, auteure de «Est-ce que tout le monde meurt?» répond à une maman inquiète.

 

Mon enfant de 6 ans a peur de la fin du monde, le fameux 21 décembre 2012. Des petits comiques à l'école en parlent et chaque soir, il me parle de la mort et de la fin du monde. J'essaie de le rassurer mais je ne sais pas quoi dire de plus.

Chantal

 

Bonjour Chantal,

Laissez-moi vous rassurer, votre enfant est tout à fait normal et les inquiétudes qu’il verbalise en lien avec la fin du monde et la mort sont très légitimes.

Dans la cours d’école certains enfants peuvent faire leurs fanfarons en intimidant les plus jeunes sur ces thèmes. Souvent ils le font en ignorant l’impact qu’ils peuvent avoir et ne savent pas nécessairement de quoi ils parlent. En avez-vous discuté avec son professeur? Ces thèmes ne sont pas les plus populaires dans les milieux scolaires ni ailleurs.  Pourtant, en parler éviterais bien des maux anxieux aux enfants. Combien de parents ont expliqué et abordé la mort avec leurs enfants?

À six ans l’enfant n’a pas toute la maturité intellectuelle pour démêler le vrai du faux et son imaginaire est très, très, très fertile. Ce qui peut engendrer beaucoup d’anxiété, de l’insomnie, des problèmes d’apprentissages, etc. Heureusement ses parents sont là pour l’aider dans sa compréhension, l’accompagner dans son questionnement et lui donner des outils qui lui serviront toute la vie. L’important est de ne pas sous-estimer son enfant et de lui dire la vérité, celle que vous connaissez. Souvenez-vous qu’il grandira et qu’éventuellement ces questions reviendront. En lui disant la vérité vous développer en même temps le lien de confiance qui vous unit.

Voici des pistes pour rassurer votre enfant sur la fin du monde :

  • Essayez de lui donner des faits concrets qui lui permettront de le rassurer dans le temps. (Cette année Noël sera le 25 décembre comme à tous les ans. Que ses cadeaux de Noël seront sous l’arbre le 25 décembre);
  • Questionnez-le sur ses craintes, ses angoisses. Valider votre compréhension en reformulant ses questions : Qu’est-ce qu’il pense qu’il peut se passer dans la nuit du 20 au 21 décembre? De quoi a-t-il peur?;
  • Planifiez une activité avec lui le 21 décembre (sortie au cinéma, sortie au resto, soirée spéciale à la maison pour fêter la non-fin du monde!) ;
  • Écrire une petite histoire ensemble sur ses inquiétudes et sur ce qu’il aimerait vivre le 21 décembre et l’année 2013 qui arrive à grand pas.
  • Faire un calendrier pour la semaine du 16 au 22 décembre et à tous les jours y  écrire une activité que vous désirez faire ensemble. La journée terminée, on ajoute un collant. Le 21 passera « comme du beurre dans la poêle ». Les projets garantissent le goût d’agir et de vivre!
  • Vous pouvez jouer à la fin du monde, il pourra exprimer ce qu’il ressent!
  • Vous savez que la fin du monde en est à son ixième reprise et que nous sommes toujours là, ça pourrait aussi être rassurant pour lui de l’entendre!
  • Est-ce qu’il sait ce que ça veut dire être mort? Sa définition pourrait être très surprenante!

La mort intrigue beaucoup les enfants car c’est un concept abstrait difficile à comprendre. Dans la situation qui vous concerne vous pouvez lui expliquer que la mort arrive seulement à la fin de la vie et que la fin de la vie personne ne sait quand ce sera. Elle est différente pour chacun. À six ans l’enfant peut commencer à comprendre que la mort a une causalité. Vous pouvez lui donner des exemples de différentes façons de mourir; maladie, accident, incendie, noyade etc. Selon-lui quelle serait la cause de la fin du monde pour que tout le monde meurent en même temps partout, partout sur la terre? De là, dédramatisez. L’humour peut aider à passer un message rassurant.

Difficile de savoir ce qui se passe dans la tête d’un enfant. Il est important d’être à l’écoute de ses questions et de ses besoins et d’y répondre honnêtement et sincèrement. Souvenez-vous que vous avez le droit de ne pas connaître toutes les réponses et que votre enfant a le droit de savoir que vous n’êtes pas la science infuse!

 

Je vous souhaite un doux 21 décembre!

Lynne Pion
Conférencière, auteure, formatrice et blogueuse
http://lynnepion.com/