PUBLICITÉ

L’âge des pourquoi

Croissance bébé et enfant 2-3 ANS image article
Présenté par

Autour de trois ans, l’enfant devient soudainement insatiable sur le plan intellectuel, et ses questions se font pressantes: pourquoi ceci, pourquoi cela? Les pourquoi se succèdent, les questions, parfois saugrenues, parfois sans réponse, n’en finissent plus. Et la plupart du temps, chaque explication génère une nouvelle question, et la valse des pourquoi recommence! Mais c’est bon signe; votre enfant vit une étape normale de son développement intellectuel. Il veut tout comprendre, tout saisir, il est plus curieux que jamais, et cette curiosité toute nouvelle témoigne de sa récente ouverture sur le monde.

Alors qu’il vous presse de questions, il importe de lui donner des réponses — à condition de les connaître, bien sûr —, simples et aussi directes que possible. Faites fi des tabous. Si un enfant est capable de poser une question issue de sa propre réflexion, c’est qu’il est en mesure de recevoir la réponse qui l’accompagne, particulièrement en matière de sexualité. Il arrive que des parents hésitent à dire la vérité à ce sujet; ils se tournent alors vers les choux ou la cigogne pour échapper à leur embarras. Sans entrer dans le détail, abordez la chose simplement, sans gêne ni mots savants, mais surtout, donnez une réponse conforme à la réalité, même si cela vous semble difficile. Soyez simple dans votre manière d’aborder la chose pour que l’explication soit accessible et tienne compte de son âge. Plus l’enfant grandira, plus ses interrogations se raffineront, et vous pourrez lui apporter des réponses plus complètes.

Si vous n’avez pas quoi dire sur un sujet précis, proposez-lui de se tourner vers l’autre parent pour satisfaire sa curiosité ou, encore, demandez-lui s’il veut chercher avec vous dans un livre ou sur Internet. Nul parent n’est infaillible ni obligé de tout savoir! Il n’est pas toujours facile de trouver les bons mots pour expliquer pourquoi les étoiles tiennent dans le ciel ou, encore, comment les dinosaures ont disparu de notre planète...

 

À lire également

L’âge du «pourquoi?»