PUBLICITÉ

Les contes ne sont pas des enfantillages!

Croissance bébé et enfant image article
Présenté par
À lire aussi
Les monstres, c'est du sérieux!

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les contes ne sont pas des enfantillages ou des histoires à dormir debout! Dans la structure originale des contes, un agresseur s’en prend à une victime, qui demande réparation à un héros, qui reçoit ensuite sa récompense. 

Un conte peut se décomposer en histoires diffé­rentes, qui se chevauchent ou s’imbriquent. Que ce soit les célèbres contes de Charles Perrault, qui a écrit les Contes de ma Mère l’Oye, ceux des frères Grimm ou encore d’Andersen, il s’agit d’histoires populaires transformées en œuvres écrites, qui n’ont cependant rien d’innocent. Les contes relèvent d’une profonde tradition orale et sont les miroirs de l’âme des peuples qui les ont fait surgir.

Le conte de fées, c’est du sérieux

Les enfants adorent les histoires peuplées d’ogres, de sorcières, de loups. Quand ils grandissent, ils aiment se déguiser en Dracula ou en Frankenstein pour Halloween et, adolescents, ils sont férus de films d’horreur, puis, ils passent à autre chose. 

Selon Bruno Bettelheim (1903-1990), psychiatre et psychanalyste américain, le conte de fées prend très au sérieux les angoisses et les dilemmes existentiels des enfants et les aborde directement. Il apprend à l’enfant à être confronté, dès son plus jeune âge, à des situations difficiles et à les résoudre. Les contes de fées aident les enfants à régler (inconsciemment!) les problèmes psychologiques de la croissance et à intégrer leur personnalité.

Généralement, parce qu’il s’identifie dans la plupart des cas au héros de l’histoire, l’enfant développe son estime de soi. Selon Bettelheim, lorsque l’enfant est convaincu de la supériorité du héros, il est encouragé à penser que la mauvaise opinion qu'il a de lui-même est fausse. Le conte permet à l'enfant de modifier de façon positive le jugement qu'il porte sur sa valeur en tant que personne.

 

Page 2 | Les personnages clés
Page 3 | Le héros et ses épreuves