PUBLICITÉ

Pourquoi tout semble plus grand, quand on est petit

Croissance bébé et enfant image article
Vous avez surement déjà vécu l’expérience. Vous retournez à un endroit significatif de votre enfance (une ancienne maison, un camp de vacances, une salle de retenue…) et vous réalisez que c’est beaucoup plus petit que dans votre souvenir (et souvent plus laid, mais ce n’est pas le point).
 
Tout semble plus grand quand on est un enfant. Même dans nos souvenirs. On se rappelle notre chambre, notre école, le champ où nous allions jouer. Et en revoyant tout ça avec nos yeux d’adultes-qui-en-ont-vus-d’autres, on réalise que les dimensions sont trompeuses. Est-ce l’angle de nos yeux qui change tout? Les matériaux qui ont rétréci au lavage? Ou simplement notre cerveau qui peut mieux relativiser les perceptions?
 
Remarquez, c’est la même chose pour les gens. Quand on était petits, tous les gens en position d’autorité étaient géants. Denise, ma professeure de 1ère année mesurait 18 pieds. Je vous jure!
 
Même les autres enfants étaient plus grands. Quand j’étais en 1ère ou 2e année, je me rappelle parfaitement l’impression de grandeur que projetaient les finissants de 6e. Et pourtant, en regardant les enfants aujourd’hui, on voit bien qu’ils sont encore tout petits.
 
D’ailleurs, nos enfants nous voient peut-être comme des grandes personnes, mais dans quelques années, ce sont eux qui nous regarderont de haut.
 
Ça doit être la même chose en auto. Le trajet à l’aller semble toujours plus long que celui du retour, n’est-ce pas? Sauf si au retour on a un bébé qui pleure, une tempête de neige ou une terrible envie de pipi. Là c’est long.
 
Même chose pour le temps. Et je ne parle pas des vacances qui passent plus vite que les jours de boulot. Non, c’est fou comment la trentaine passe plus vite que la vingtaine, par exemple. Et je ne sais pas si vous avez la même perception que moi, mais j’ai l’impression que mon enfance était extrêmement longue, heureuse et remplie de péripéties. Et pourtant en années, ça a passé si vite. C’est peut-être que notre vie adulte manque de péripéties, mais c’est un autre sujet.
 
C’est drôle, cette perception dans notre cervelle. Certains disent que c’est parce que le cerveau n’a pas encore assimilé toute l’information nécessaire pour juger les proportions. Ou c’est peut-être juste de la magie.
 
Pour un enfant, le monde est un immense terrain de jeu rempli d’aventures. Tout est mystérieux et rempli de découvertes potentielles. L’inconnu donne une fausse perspective, quoi.
 
Tout est plus grand: Le monde. La ville. La maison. La vie. Les adultes sont plus grands, les journées semblent plus longues et les privilèges de son frère ou sa sœur semblent ÉNORMES.
 
En fait, je n’ai trouvé qu’une seule chose que les adultes semblent voir plus grands que les enfants : Les problèmes. Quand on est petit, le stress ne dure pas longtemps. On crie, on se plaint, on fait des crises, mais c’est fini.
 
Les pauvres grandes personnes que nous sommes traînent leurs problèmes des jours durant, s’empêchent de dormir, oublient de vivre et se maltraitent l’esprit en imaginant une montagne infranchissable devant eux.
 
Pourquoi nos problèmes nous semblent plus grands maintenant, et pourquoi nous touchent-ils autant? Mystère.
 
Mais il y a des jours où j’emprunterais les yeux de mes enfants, pour que la montagne redevienne ce qu’elle est vraiment: Un immense terrain de jeu rempli d’aventures.