PUBLICITÉ

Mériter leur confiance

Parents et relations familiales image article
La confiance, c’est un dossier parental complexe. On se pose souvent des questions sur la confiance.
 
À quel âge peut-on commencer à faire confiance à nos enfants? Travaille-t-on assez leur confiance en soi? Comment leur apprendre à détecter les gens à qui ils peuvent faire confiance, dans la vie?
 
Mais s’il y a une chose que les enfants méritent, c’est d’avoir confiance en nous, leurs parents. Dès leur première seconde d’existence, ils doivent pouvoir compter sur des gens qui les aiment inconditionnellement.
 
En fait, c’est le plus beau privilège que nous offrent les enfants : nous accorder aveuglément leur confiance.
 
Dès qu’ils sont en situation nouvelle ou inconnue, le premier réflexe des enfants est de tourner les yeux vers nous. Pour savoir, pour comprendre, pour avoir le feu vert. Nos paroles et notre regard sont les choses les plus importantes pour eux.
 
C’est difficile à concevoir quand ils nous tiennent tête ou quand ils se foutent de nos consignes, mais je vous assure que leurs parents restent la base de leur système social. Nous sommes pour eux la référence ultime. En tout cas pendant quelques années, jusqu’à temps que leurs amis du secondaire leurs fassent entrevoir une autre facette de la vie.
 
Mais même à ce moment, on reste des phares qui peuvent les guider à travers les brumes adolescentes. Les parents demeurent toujours un point central dans leur galaxie à explorer.
 
Voilà pourquoi dès le premier jour, notre mission parentale vient avec cette responsabilité immense : mériter leur confiance. Nous avons le devoir d’être à la hauteur de ce privilège.
 
Ça veut dire de faire les meilleurs choix pour eux, même si ce n’est pas leur préféré. Ça veut dire de faire notre possible pour leur donner une bonne chance de réussir leur vie.
 
Ils ont le droit de partir avec un bagage de bonnes valeurs. Ils ont le droit de grandir avec une estime de soi en bon état. Ils ont besoin de savoir différencier le bien et le mal. D’avoir le sentiment d’être écoutés. D’avoir peur. D’avoir mal. D’avoir de la peine. Et ils ont le droit d’avoir quelqu’un de confiance avec eux dans ces moments.
 
Ils doivent apprendre que leurs parents ne sont pas parfaits, mais qu’ils peuvent s’excuser s’ils se trompent. Ils ont droit de ne pas tout savoir, non plus. Le droit de rêver et de s’évader. Ils ont le droit de ne pas aimer les piqûres ou le brocoli, mais ils méritent aussi des parents qui les aiment assez pour ne pas toujours les écouter.
 
Cette semaine, c’était justement la Journée Mondiale des droits de l’enfant. Parmi tous les droits, les enfants méritent d’avoir des parents dignes de ce nom.
 
Ils nous accordent leur confiance. À nous d’en être dignes.