PUBLICITÉ

Mon ado ne me parle pas

Parents et relations familiales 6-7 ANS image article

Suzanne Vallières, psychologue, aide la mère d'une adolescente de 14 ans qui aimerait communiquer davantage avec sa fille.

Q. J'ai une adolescente de 14 ans qui ne me parle pratiquement pas. Elle ne me raconte pas ce qu'elle fait à la polyvalente et ne me parle pas non plus de ses amis. Je lui pose des fois des questions, mais c'est à peine si elle me répond ou elle ne me donne pas beaucoup de détails. J'aimerais communiquer plus avec elle. Comment y arriver?
Jacinthe, Laprairie.

R. Bonjour Jacinthe. Votre fille est évidemment dans sa période d'adolescence, une étape que bien des parents trouvent difficile ou redoutent. C'est une phase durant laquelle on constate que nos enfants changent beaucoup et s'éloignent de nous, à notre grand désarroi! Il est tout à fait normal que votre fille ait moins le goût de vous parler et vous ne devez pas le prendre personnel. Vous devez d'ailleurs respecter son besoin de se distancer des parents puisqu'elle est à la recherche de sa propre identité. Bien entendu, il est important de garder contact avec elle.

Essayez, par différents moyens, de préserver un minimum de communication et préservez les liens familiaux. Surtout, ne coupez pas tous les ponts en guise de représailles! Persistez à garder de l'intérêt pour ses activités et son évolution tout en prenant conscience que vous ne pouvez pas exercer un contrôle ou une autorité aussi rigide qu'auparavant.

Conversations parallèles

Attention de ne pas accueillir votre adolescente avec des milliers de questions ou de la harceler constamment pour qu'elle vous dévoile ses états d'âme. Il est préférable d'attendre le moment propice où elle semblera plus ouverte ou disposée à vous parler.

Une bonne méthode pour y arriver est de provoquer des conversations parallèles, c'est-à-dire des discussions qui ne sont pas directes ou en face à face. En allant par exemple la reconduire en auto, dans une salle d'attente, en marchant, etc. Ces moments permettent de ne pas tout centrer sur la discussion elle-même et vous aideront à tirer bien des informations. Le ton utilisé est également très important. Évitez d'utiliser le même niveau de communication enfant-parent que vous aviez auparavant: «Ma petite chérie, ma poupée, ma chouette».

En général, les ados détestent ces petits mots qui les infantilisent. Si vous vous assurez de prendre un ton léger avec une petite touche d'humour par surcroît, vous réussirez à entrer en relation tout en évitant ses regards désobligeants! Surtout, ne tombez pas dans le piège de vouloir lui faire la morale. Les critiques et les sarcasmes ne sont guère bienvenus non plus.

Votre fille est dans une période fragile de sa vie ou elle essaie de trouver sa propre identité. Elle a également un immense besoin d'intimité qu'il vous faudra respecter: ne pas ouvrir son courrier, ne pas écouter ses conversations téléphoniques, ne pas fouiller dans sa chambre et accepter qu'elle s'y retrouve plus souvent. Retenez que l'adolescence est la période de notre vie où l'on apprécie les adultes qui croient en nous et qui nous respectent.