PUBLICITÉ

Bébé naît, le désir disparaît

Sexualité image article

Ce petit être arrive à peine dans votre vie que, déjà, tout votre univers est chamboulé. Votre coeur explose d'amour pour lui, vous n'avez d'yeux que pour ce poupon. Bye bye Éros, bongiorno insomnie!

Pas besoin d'être en dépression post-partum pour se sentir à la fois frustrés et coupables de la situation. En théorie, les choses devraient se replacer entre deux et six mois après l'accouchement. En réalité, c'est bien différent. Mais est-ce possible de vivre cet événement heureux en toute quiétude? Est-ce possible de ne pas perdre ce désir sexuel au profit de l'enfant qui vient de naître? Quelques explications.

Pourquoi?

C'est la grande question que me posent tous les couples qui se retrouvent dans mon bureau à la suite d'un l'accouchement: pourquoi c'est comme ça? Une femme m'a même déjà dit: «Pourtant, j'ai envie d'avoir envie. Mais mon corps, ni ma tête ne suivent». La toute première raison est sans doute reliée à l'adaptation. Nombreux sont ceux et celles qui se sont retrouvés, seuls à la maison à la sortie de l'hôpital, devant ce premier petit bébé en se demandant ce qu'ils allaient faire maintenant qu'il ou elle est là.

La course quotidienne (les changements de couches, les boires, les périodes de repos coupées, s'occuper des autres enfants et j'en passe) apporte son lot de beaux moments, mais aussi d'inquiétudes. Les parents doivent s'adapter. Souvent chez les couples il y a interruption d'intimité durant la grossesse ce qui fait que les partenaires se sont quasiment déshabitués l'un de l'autre.

La grande fatigue est sans doute l'ennemie jurée de la libido. Une fatigue physique, mais aussi une fatigue psychologique. Le sentiment de responsabilité prend désormais le pas sur le plaisir spontané. L'aspect ludique de la relation disparaît peu à peu et les couples se retrouvent devant le fait accompli: le désir est disparu.

Les causes hormonales ne doivent surtout pas rester dans l'ombre. Ces chambardements (hausse de la prolactine par exemple) occasionnent à coup sûr des effets néfastes sur la libido. Évidemment, les causes varient en intensité d'une femme à l'autre et d'un couple à l'autre. Peu importe la cause, il est important de se donner du temps pour reprendre le dessus -plus que deux à six mois comme mentionné de façon irréaliste dans les livres. Il ne faut toutefois pas négliger la situation et croire qu'elle «s'arrangera» d'elle-même.

Post-partum? >