PUBLICITÉ

Acide folique durant la grossesse : une nécessité ?

Santé et bien-être image article
Vous prévoyez être enceinte, et déjà, on vous bombarde de conseils pour provoquer l’arrivée de bébé. Adieu café, verre de vin et tartare de saumon ! Quant aux suppléments, on vous empresse d’avaler quotidiennement un supplément d’acide folique. Est-ce vraiment nécessaire ?
 
Un rôle clé
L’acide folique, que l’on surnomme également « folate », est une vitamine du groupe B (B9). Elle participe, entre autres, à la formation du tube neural de votre bébé, et ce, dès ses premiers jours de vie dans votre utérus. Le tube neural, c’est ce qui constituera la colonne vertébrale, la moelle épinière et le cerveau du bébé. Les enfants manquent d’acide folique au cours de leur développement pourraient souffrir d’une malformation grave, appelée la spina bifida. Parmi les manifestations de cette maladie, on compte notamment la saillie de la moelle épinière, à l’extérieur du corps de bébé, en raison de la colonne vertébrale qui ne s’est pas bien refermée. Il s’agit de la principale cause de décès chez les nourrissons au Canada.
 
Où la trouver ?
Pour éviter les malformations, on recommande aux femmes enceintes, ou désirant l’être, d’accroître leurs apports en acide folique : 600 microgrammes (mcg) par jour conviennent. C’est pourquoi la majorité des suppléments destinés aux futures mamans renferment d’emblée 400 mcg de ce composé. On retrouve également le folate dans les aliments, mais en trop petite quantité pour subvenir aux besoins accrus de la femme enceinte :
-        1 avocat : 160 mcg
-        1 tasse de laitue : 80 – 110 mcg
-        125 ml de brocoli cuit : 70 mcg
-        2 œufs : 45 mcg
-        1 clémentine : 20 mcg
 
À risque pour le bébé ?
Certains prétendent que l’acide folique durant la grossesse pourrait être associé à un risque plus élevé d’allergies futures chez l’enfant ou de troubles cardiaques. Or, aucune étude de bonne qualité n’a réussi à démontrer de tels impacts négatifs. Les risques d’un manque en acide folique durant la grossesse demeurent beaucoup plus grands que ceux associés à une surdose.