PUBLICITÉ

L’histoire meurtrière des césariennes

Grossesse image article

Le mot césarienne dérive du latin caesar qui veut dire enfant né par incision et du verbe caedere: couper, inciser. Le surnom porté par Jules César est hérité d'un de ses ancêtres qui serait né par césarienne[1]. Auréoler César d'une telle naissance, c'est, à l'époque, le rapprocher des dieux, eux qui naissent par le flanc (dans la culture indoue, Indra[2] sort du flanc droit de sa mère, tout comme Bouddha).

Dossier
C'est notre histoire!

Les origines de la césarienne remontent à l'Antiquité et même peut-être avant. L'Inde antique, les Hébreux et les Grecs connaissaient la césarienne, tout comme les Romains qui la pratiquent cependant après la mort, mais incinéraient la mère puis enterraient le fœtus.

Dans un hymne d’Homère, le personnage d’Asclépios – «dieu de la chirurgie et de la médecine» – est extrait du ventre de sa mère Coronis par son père Apollon qui a fait tuer celle-ci par jalousie. Alors que la dépouille de sa maîtresse repose déjà sur le bûcher funéraire et voyant qu’elle porte sa descendance, Apollon arrache l’enfant des entrailles maternelles. Asclépios sera confié à une nourrice puis placé chez le centaure Chiron afin qu’il lui enseigne ses connaissances médicales. Les Grecs en firent un dieu guérisseur des plus populaires, capable de ramener les morts à la vie. En Afrique, on sort le fœtus mort du cadavre de la mère, pour éloigner les mauvais esprits.

Au Moyen-âge, la théologie catholique considère que le nouveau-né est possédé par Satan et promis aux flammes de l’enfer s’il meurt avant d’avoir été exorcisé par le rituel du baptême. D’ailleurs, les autorités ecclésiastiques encouragent la pratique de la césarienne post mortem pour tenter de «sauver l’âme de l’enfant» si la mère décède avant de lui donner naissance. Pendant l’intervention, on garde la bouche de la mère décédée ouverte afin que le fœtus puisse respirer jusqu'à la fin de l'intervention.

C'est durant la Renaissance qu’on utilise le terme «césarienne» pour désigner cette intervention et qu'apparaissent les premières césariennes sur des femmes vivantes.  

La première opération connue et réussie sur une femme vivante date de l'an 1500. Cette année-là, Jacques Nuffer, un castreur de porcs Suisse qui, voyant sa femme sur le point de mourir en travail, demande aux magistrats la permission de lui fendre le ventre. Il réussit parfaitement son exploit, puisque son épouse eut plusieurs autres enfants par la suite, tandis que son fils vécut 83 ans.

Page 2 | La césarienne sur des femmes vivantes
Page 3 | Des progrès au XIXe

 



[1] Le nom Jules César est le nom de famille et le surnom (cognomen). Les Romains ont tous trois noms: le prénom (praenomen), le nom (nomen) et le surnom (cognomen). Le nom complet de César est Caius Julius Caesar. Le cognomen est utilisé pour distinguer les différentes branches d'une même famille.

[2] Indra évoque le pouvoir, la force et le courage des rois.