PUBLICITÉ

Soyez prêt pour le retour de la cigogne

Grossesse 0-24 MOIS image article

L’arrivée d’un nouveau bébé dans la famille demande un peu de préparation, pour les parents comme pour les enfants. Quel est la différence d’âge idéale entre les enfants?

Ces quelques trucs vous aideront à bien gérer la situation.

LES DIFFÉRENCES D’ÂGE: PETITES OU GRANDES?

La différence d’âge idéale entre deux enfants serait de trois ans. Mais toutes les différences d’âge ont leurs avantages et leurs inconvénients. À vous de voir lesquelles vous conviennent le mieux. Cependant, bien chanceux le couple qui peut choisir la différence d’âge entre ses enfants. En effet, la nature nous joue parfois des tours, qu’il s’agisse d’une grossesse surprise ou de mois d’essais infructueux. Selon Sylvie Lavallée, coach familiale chez Nanny Secours et fondatrice de Sous mon TOI, «les âges impairs sont préférables. Car, à 2 et 4 ans, l’enfant traverse des crises d’affirmation de soi». Quant au Dr Haim A. Abenhaim, de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC), il recommande d’éviter les extrêmes, soit moins de 15 mois et plus de 6 ans. 

18 mois et moins

Ici, le défi est de combler les besoins de deux bébés à la fois, car l’aîné n’est pas encore autonome. «C’est un trotteur, un enfant qui fouille, ouvre les portes d’armoires... Ça demande beaucoup de surveillance», explique Mme Lavallée. Son langage n’est pas développé, et les émotions suscitées par l’arrivée du bébé peuvent être exprimées par des crises ou d’autres comportements négatifs.

La SOGC recommande d’attendre un minimum de six mois avant de retomber enceinte, sans quoi les risques de prématurité ou de problèmes de croissance grimpent en flèche pour le bébé. «La physiologie de la mère n’a pas eu le temps de se réadapter», avertit le Dr Abenhaim.

En revanche, certains parents décident de se consacrer aux enfants de manière intensive pendant la période des couches et des biberons pour ensuite dire adieu à cette période exigeante.

En vieillissant, lorsqu’il y a peu de différence d’âge entre les enfants, ceux-ci ont souvent des intérêts communs et développent une certaine complicité. Ainsi, le même type d’activités peut leur plaire, ce qui facilite les sorties familiales.

2-3 ans

De l’âge de 24 à 36 mois, bébé évolue grandement. Il délaisse sa suce et s’intéresse à la propreté. Des acquis qui peuvent être menacés en raison de l’arrivée d’un autre bébé au sein de la famille. Ne soyez pas surpris, donc, si votre aîné régresse à la naissance du cadet et si vous devez recommencer ces étapes. 

Cette tranche d’âge est aussi celle du Terrible two: une première crise d’affirmation de soi. Selon le tempérament de votre enfant, l’arrivée d’un bébé peut empirer cette crise. «Patience et négociations en vue pour les parents», résume Sylvie Lavallée.

Il peut être tentant de chercher à responsabiliser l’aîné, qui doit céder sa place de bébé au nouveau venu. Mais les parents doivent faire toutefois attention, car à 24 mois, l’enfant est encore trop petit.

3-4 ans

Selon Mme Lavallée, ce serait la différence d’âge qui convient le mieux, car l’aîné est alors rassuré sur les relations affectives qu’il entretient avec ses parents. Il accepterait donc plus facilement l’arrivée d’un frère ou d’une sœur.

Le cadet aura tendance à voir son aîné comme un modèle et à vouloir l’imiter. Cela lui donnera l’occasion de faire certains apprentissages plus rapidement et plus efficacement.

À cet âge, les enfants abandonnent le jeu en parallèle et prennent plaisir à jouer avec des amis. Par contre, votre aîné réalisera rapidement que bébé n’est pas assez éveillé pour jouer avec lui, comme il le souhaiterait.

«Un monde sépare l’enfant de 3 ans de celui de 4 ans. À 3 ans, l’enfant veut faire plaisir à son parent. À 4 ans, c’est l’arrivée d’une nouvelle crise d’affirmation de soi et de la phase œdipienne.» La naissance peut donc être vécue négativement par l’enfant de 4 ans, qui se voit privé de l’attention du parent du sexe opposé. 

5 ans et plus

Le plus grand avantage ici: profiter pleinement de la présence de chacun de nos enfants. L’aîné sera autonome dans une certaine mesure et pourra faire sa part à l’arrivée de bébé.

«Passé cet âge, l’aîné va à l’école. Son univers ne tourne plus juste autour de la famille et, en principe, ses besoins fondamentaux sont comblés», dit Mme Lavallée.

De plus, les risques de querelles sont mineurs. Le plus vieux évitera facilement les conflits. Mais, pour certains aînés qui ont été enfants uniques pendant plus de 5 ans, il est difficile de perdre son statut privilégié.

Pour la mère, espacer les grossesses par plus de cinq années permet de retrouver la ligne avant une nouvelle maternité et de stabiliser son poids plus facilement. En contrepartie, l’aspect le plus difficile consiste à replonger dans l’étape des couches et des nuits blanches.

Il est également difficile de recycler le matériel acheté pour l’aîné. Certains parents se sont départis des accessoires encombrants, et les vêtements sont, disons... passés de mode!

Selon le Dr Abenhaim, trop espacer les grossesses, c’est s’exposer à une série de risques: «Le sommet de la fertilité se situe à l’âge de 25 ans. Après, ça décroît. Plus la mère est âgée, plus les complications et l’infertilité sont présentes. Et trop attendre, ce n’est pas non plus l’idéal pour la relation entre les enfants.»