PUBLICITÉ

Un projet de loi qui permettrait aux médecins de mentir aux futurs parents…

Grossesse image article
Quand j’ai vu passer cet article sur les réseaux sociaux, je me suis dit que c’était une autre fausse nouvelle.  
 
Mais non. Au Texas, un projet de loi vise réellement à permettre aux obstétriciens de cacher aux parents des informations importantes sur la santé de leur enfant à naitre.
 
Certains applaudiront l’initiative, y voyant un frein aux interruptions de grossesse. 
 
Moi, ça me fait peur.  
 
Non pas que je pense que tout parent doive opter pour l’avortement en cas de handicap, de maladie incurable ou de mortalité à l’accouchement.  
 
Je suis pour le libre choix.  Et cacher des informations capitales à des parents, c’est leur enlever des choix. C’est les contrôler, les infantiliser, les forcer…
 
C’est aussi, les empêcher de se préparer, mentalement, économiquement, affectueusement…
 
Un parent qui accueille un bébé « différent » après s’être préparé (même si on ne peut jamais l’être totalement) n’aura pas une vie lisse et facile. Mais un parent qui n’a pas été averti pourra se sentir extrêmement dépourvu et dans un cas de « mensonge par omission », totalement trahi, il me semble…
 
Et le couple qui ne se sent pas prêt du tout, à vivre ça? Ne risque-t-il pas de ne pas s’attacher à ce bébé? 
 
Vaut-il mieux naitre mal aimé ou ne pas naitre?
 
Je ne sais pas. Mais je suis certaine d’une chose: ce n’est pas à un médecin ou à un politicien de trancher la question…