PUBLICITÉ

Accès gratuit au vaccin contre le rotavirus

Maladies et infections 0-24 MOIS image article

Depuis le 1er novembre, les bébés québécois de deux à sept mois ont accès gratuitement au vaccin contre le rotavirus, infection saisonnière qui touche la plupart des petits de moins de cinq ans.

Le gouvernement québécois déboursera 1,7 million de dollars d’ici au 31 mars pour le remboursement de ce vaccin. Sur une base annuelle, ce programme est évalué à quatre millions.

Le vaccin antirotavirus, dont le coût tourne autour de 80 $, n’était pas à la portée de toutes les bourses.

« Le fait qu’il soit maintenant couvert par le régime public fait toute la différence pour les familles à plus faible revenu », remarque le Dr Victor C. Goldbloom, pédiatre qui préside le comité-conseil de l’Institut canadien de la santé infantile.

Très contagieux, les rotavirus sont la première cause de diarrhée aiguë grave chez les jeunes enfants. Ces virus se transmettent facilement par les mains et les objets contaminés par les selles d’une personne infectée, comme les couches pour bébé.

« C’est un méchant microbe largement répandu, qui a été découvert assez récemment. Cette maladie est potentiellement dangereuse pour les très jeunes enfants, en raison des risques de déshydratation », explique le Dr Goldbloom.

Décision attendue

Chaque année, on dénombre de 900 à 1 500 hospitalisations découlant de la gastroentérite associée à ce virus. Le comité sur l’immunisation du Québec estime que ce programme de vaccination préviendra 65 % de toutes les infections à rotavirus.

Le vaccin est administré en deux doses, par voie buccale, à deux et à quatre mois. Sa durée de protection couvre la petite enfance jusqu’à l’âge de cinq ou six ans.

La décision du gouvernement du Québec était attendue, puisque l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande que ce vaccin soit inclus dans tous les programmes nationaux d’immunisation des nourrissons.

Le Dr Goldbloom rappelle en outre l’importance des mesures d’hygiène de base du lavage régulier des mains.

 

À lire également

Vaccin contre le rotavirus pour tous les poupons