PUBLICITÉ

Maman : se motiver à bouger (et arrêter de tout remettre à plus tard!)

Santé et bien-être image article
On a posé 5 questions à Karine Deneault, auteure du livre Bouger et bien manger? Bof… demain!, publié aux éditions Kodé, pour trouver des façons de secouer notre motivation quand vient le temps de prendre de bonnes habitudes. Son livre présente de dizaines de chroniques – souvent très drôles, mais aussi fort utiles – pour nous encourager à éliminer les « bof » et contourner les excuses classiques.     
 
Karine est aussi conférencière et propose sur son sympathique blogue des réflexions, des balados et des chroniques. Le tout avec dynamisme et humour!
 
Pourquoi a-t-on tendance à tout remettre au lendemain?
On se dit : Bof... demain!, car on est utopiques! On croit que demain on aura le temps et l’envie. On est un peu comme nos enfants qui nous répondent qu’ils feront leurs tâches plus tard.
 
Est-ce typiquement féminin de repousser le moment où on s’occupe de soi?
En général, c’est tellement féminin! Entre autres, on a la charge de la bouffe, donc de tout ce qui a trait aux repas revient systématiquement 21 fois par semaine (sans compter les collations!). Après s’être occupé de tout le monde, on croit ne plus avoir ni le temps ni l’énergie pour soi. On est si bonnes pour les autres! Et nous là-dedans? Bof... demain!
 
Les « bof » nous empêchent-ils d’agir?
Les « bof » sont nos pires ennemis. Ce sont eux, les petits coquins qui nous font procrastiner. Les pires « bof » sont les insidieux, ceux que l’on veut se cacher à soi-même. Ça peut être la peur du changement qui se camoufle sous un « bof... demain » ou bien le « bof... même si j’en mange un autre, ça ne paraîtra pas » dissimulé en manque d’amour pour soi.
 
Quelles sont les pires excuses qu’on se dit pour ne pas entamer un processus de changement?
Le manque de temps est le champion, il arrive toujours le premier. Il est facile de se consacrer corps et âme à une tâche qui nous passionne, qui nous stimule. On n’a qu’à penser aux heures que l’on accorde à la télé ou à l’ordi. Dès que bouger et bien manger deviennent une de nos priorités, on trouve miraculeusement des minutes supplémentaires. Paroles d’une femme expérimentée!
 
Comment trouver sa motivation à bouger ou mieux manger quand celle-ci semble avoir déserté notre vie?
Le truc le plus facile est de penser à après. Je n’ai pas le goût de bouger? Comment vais-je me sentir après? Les endorphines seront au rendez-vous avec toutes ses copines : la joie de vivre, la confiance, la créativité, la force, la souplesse... Le même truc s’applique lorsque j’ai envie de manger une poutine. Comment vais-je me sentir après? Lourde, l’esprit dans la brume, coupable... En manger une à l’occasion, c’est sain. Lorsqu’on se sent coupable à répétition, c’est signe que l’on s’en permet trop.
 
Comment ne pas lâcher après 3 jours? (ou comment tenir bon?)
Éviter de vouloir TOUT changer d’un coup. Penser à long terme. Ce n’est pas en une nuit que POUF! on a accumulé 50 livres et que notre cardio est parti au dépanneur sans jamais revenir! On pense à plus long terme en intégrant UNE habitude à la fois. Lorsque cette nouvelle habitude fait partie de notre style de vie, c’est là qu’on peut se permettre d’en ajouter une autre. Je compare ça à débroussailler un chemin pour créer un sentier. Au début, avec toutes les branches et les herbes, c’est difficile, voire rebutant de l’emprunter. Plus on entretient notre nouveau sentier, plus il est facile et naturel d’utiliser cette nouvelle voie et plus on a envie de créer d’autres chemins plus sains!
 
Pour tout connaître sur son livre Bouger et bien manger? Bof… demain!, cliquez ici.
Pour tout connaître sur les conférences de Karine Deneault : www.karinedeneault.com