PUBLICITÉ

L’art d’inquiéter et de culpabiliser les parents

Soins et prévention 0-24 MOIS image article
Je ne suis pas la mère qui s’inquiète le plus facilement. Des boutons, un peu de fièvre, des vomissements et autres bobos, ça ne m’a jamais fait courir à l’urgence.
 
Mais parfois, j’ai peur de ne pas assez m’inquiéter… Surtout en ce qui concerne les nourrissons, pour qui on nous dit de consulter rapidement si ceci et si cela (des « si » que j’oublie à chaque bébé et qui font que de temps en temps, j’ouvre le Mieux vivre de l’année.)
 
Ça fait une semaine que mon bébé presque tout neuf n’a pas fait caca. (Je n’en reviens pas de parler de ça…) L’autre soir, le trouvant un peu chaud, nous avons pris sa température. 38,2. Dans le Mieux vivre et quelques sites web, on dit qu’à 38 et plus, pour un bébé de cet âge, il faut consulter.
 
Un dimanche à 23h, il n’y a que l’hôpital… On a donc téléphoné au 811, espérant se faire dire qu’il n’y avait pas d’urgence. Belle utopie ! 9 fois sur 10, quand je téléphone là, on me dit de m’y rendre…
 
Chéri a composé et j’entendais tout ce que l’infirmière lui disait. Heureusement que ce n’était pas moi qui avais l’appareil, car j’aurais été pas mal moins polie que mon conjoint !
 
Mon chum ayant expliqué que bébé était constipé depuis 6 jours, il s’est rapidement fait ramasser, en bon québécois…
 
« Après 24h sans selles pour un bébé, on doit consulter ! Alors presque une semaine ! (cela dit sur le ton le plus bête que vous pouvez imaginer…) Sous-entendu en highlighter : « On devrait appeler la DPJ pour des parents comme vous ! »
 
« Mais on a lu partout que pour un bébé allaité, la constipation pouvait durer plusieurs jours et de ne pas s’inquiéter… »
 
« Ben là ! La constipation, c’est des selles dures, pas une absence de selles ! » Sous-entendu en néon : « Ça se peut-tu des parents aussi épais ! »
 
(Une parenthèse avant que tout le personnel du 811 m’en veuille. C’est la première fois que je me sentais traitée comme une m… en téléphonant là. Je sais bien que cette personne était une exception, par la règle.)
 
Un peu sonnés de s’être fait répondre aussi… abruptement, encore incertains de la nécessité de consulter immédiatement, mais un peu inquiets (en tout cas moi) de ne pas connaître une conséquence grave susceptible de survenir à cause de notre inconscience, on y est allés, à l’urgence…
 
Chanceux, nous n’avons pas trop attendu pour le triage. Et nous y avons rencontré une gentille infirmière et un gentil infirmier, qui ont été un peu découragés d’apprendre qu’on nous avait sommés d’aller à l’urgence pour ça.
 
Parce que, comme on avait lu, pour un bébé allaité au sein, on ne panique pas pour le pas de caca.
 
Pour la température, il y a une zone floue. On commence à paniquer à 38 ou 38,5 ? Les avis sont partagés. Mais comme a dit l’infirmier, si bébé était précédemment collé sur nous, ça peut influencer.
 
Bref ! Bébé va bien et quand j’ai émis le souhait de partir sans attendre de médecin (j’avais mieux à faire pour les 12 heures qui suivraient), personne n’a tenté de me culpabiliser.
 
On nous a par contre suggéré de ne pas trop écouter le 811 et de se fier au Mieux vivre et à notre gros bon sens…
 
À 1h du mat, on était chez nous. Et bébé ne s’endormait plus…
 
En résumé, je sais bien qu’il vaut mieux vérifier que prendre des risques.
 
Mais depuis le temps qu’on répète de ne pas engorger les urgences pour des niaiseries… Y aurait-il moyen de ne pas pousser les parents à la panique ?
 
Et vous chers lecteurs ? Vous a-t-on déjà amenés à vous inquiéter inutilement pour votre progéniture ? Racontez-moi !