PUBLICITÉ

L’importance de savoir nager

Soins et prévention image article
Chaque année en juillet juste avant les vacances de la construction, c’est la semaine de la prévention des noyades. C’est comme un petit rappel amical pour nous dire que nous devons redoubler de prudence en cette période chaude et humide où nous allons tous passer des heures à nous rafraîchir dans les piscines, lacs, rivières et mers près ou loin de chez nous. On attend ça depuis assez longtemps!!! 
 
Parmi les mises en garde de la Société de Sauvetage, il y a l’importance de porter sa veste de flottaison en tout temps sur une embarcation, se munir d’un dispositif de fermeture automatique pour la clôture qui entoure la piscine afin d’éviter les oublis qui sont humains, mandater quelqu’un dans les fêtes et les partys pour surveiller les baigneurs en tout temps… La plupart des accidents de noyade arrivent par imprudence ou insouciance.
 
On se croit à l’abri du danger et l’on oublie que quelques secondes suffisent pour que quelqu’un se noie et en silence de surcroît!
 
Il nous est arrivé un incident l’année dernière avec ma fille de trois ans. Au départ, il faut dire que de tous mes enfants, c’est celle qui aime le moins l’eau. Elle était assise sur les marches de la piscine, bien tranquille à jouer avec son arrosoir. Mon fils de six ans, à l’époque, avait besoin de quelqu’un pour attacher son maillot de bain. Mon mari a quitté le bord de la piscine pour aller rejoindre mon garçon quelques mètres plus loin. Juste pour attacher son maillot et revenir aussitôt auprès de ma fille. Il ne s’est pas méfié, elle n’aime pas l’eau. Elle ne s’aventure jamais plus loin que les premières marches dans la piscine. J’ai heureusement choisi ce moment pour sortir de la maison avec ma plus jeune dans les bras. L’image que j’ai vue va rester gravée pour toujours dans ma mémoire : les cheveux de ma fille qui flottent sur l’eau. J’ai hurlé et mon conjoint s’est précipité dans la piscine. En jouant avec son arrosoir, elle a perdu pied et comme elle ne savait pas nager, elle coulait au fond. Au moment où il l’a sorti de l’eau, elle s’est mise à tousser. Elle était sauvée. 
 
Je n’ose même pas imaginer ce qui aurait pu arrivé si je n’étais pas sortie de la maison…inutile de vous dire que nous étions sous le choc. C’est à ce moment que je me suis dit que le plus beau cadeau que je pouvais faire à mes enfants était de leur apprendre à nager.
 
Cette année, une jeune fille vient à la maison pour donner des cours de natation à mes deux filles de deux et quatre ans. Cette semaine, j’ai vu des progrès immenses de la part de chacune d’elles. Je me suis enfin sentie soulagée quand j’ai vu les filles nager sous l’eau sur une courte distance.
 
Nous ne sommes pas à l’abri d’un autre malencontreux incident comme celui que nous avons vécu. Chaque année quand nous ouvrons la piscine, nous redoublons de prudence. Mais je reste convaincue que plusieurs noyades, surtout chez les jeunes enfants, pourraient être évitées si nous leur donnions la chance d’apprendre à nager dès la petite enfance. 
 
Je vous souhaite de très belles vacances et rappelez-vous que si vous êtes à plus d’un bras de distance d’un enfant qui nage, vous êtes trop loin!
 
Une noyade est une noyade de trop.