PUBLICITÉ

5 raisons de votre grosse fatigue

Sommeil image article
Même après des vacances ou un week-end, vous vous sentez fatiguées. En fait, depuis que vous êtes maman, on dirait que cette léthargie vous suit partout. Peut-être qu’une de ces 5 raisons (ou plusieurs d’entre elles) peut expliquer pourquoi vous êtes en panne d’énergie.
 
Sauter le déjeuner
Le déjeuner est le repas le plus important, car il vous permet de débuter la journée en pleine possession de notre énergie. Il réactive notre corps en coupant, justement, la période de jeûne de la nuit. On pense à rajouter du fer pour arrêter le cycle de la fatigue en mangeant des noix, des œufs, etc.
 
Ne pas boire assez!
La déshydratation draine notre énergie. Alors, on prend l’habitude d’avoir toujours sous la main de l’eau. On évite aussi de carburer à la caféine en enfilant tasse par-dessus tasse toute la journée. 
 
Ne pas avoir de bonnes habitudes de sommeil
Se coucher trop tard, prendre un café ou du vin en soirée, ne jamais aller au lit à la même heure chaque jour, se s’endormir en colère ou même veiller trop tard le week-end sont de mauvaises habitudes qui favorisent – malheureusement – une accumulation de fatigue. On essaie de se créer un rituel réconfortant en soirée, on maximise nos heures de bon sommeil et on s’assure de passer de meilleures nuits comme de meilleures journées.
 
Avoir un hamster comme colocataire
Quand un hamster s’installe dans notre tête, on est quitte pour une bonne dose de rumination et de stress. On s’en fait pour tout (et surtout pour rien!) et c’est très dommageable pour notre bien être global. On s’assure de trouver des moyens de calmer notre tourmente mentale qui se traduit, trop souvent, en fatigue physique. 
 
Travailler partout, tout le temps!
On n’arrête jamais! On ne dit jamais non! On est perfectionniste! C’est assurément des raisons de notre grande fatigue. Si notre esprit est toujours en mode « boulot » autant en vacances, au lit et pendant le cours de natation du petit dernier, on doit se demander quand on s’autorisera enfin à ralentir un peu. On ne peut pas se laisser envahir ainsi. Il nous faut des pauses pour décrocher.