PUBLICITÉ

Se coucher tôt: une insulte pour les enfants

Sommeil image article
Un des défis majeurs de la rentrée, c’est de réussir à reprendre une routine décente de dodo.
 
Tout l’été, la discipline est partie en vacances. On a été mous comme des oreillers. Si les enfants ont pu se coucher plus tard qu’à l’habitude, ce n’était pas vraiment un privilège. C’est juste qu’on n’avait vraiment pas le goût de sortir notre vilaine voix de parent-faiseur-de-discipline.
 
Mais voilà, un moment donné, on paye pour. Et c’est maintenant, à la rentrée.
 
Ce qui est fascinant avec les enfants, c’est qu’ils voient l’heure du dodo comme un symbole de réussite sociale. Dans leur livre à eux, se coucher tôt (peu importe ce que ça veut dire) est une insulte à leur dignité.
 
D’ailleurs, les notions de tôt et tard sont très vagues, pour eux. Peu importe l’heure prévue pour aller au lit, ce n’est certainement pas la bonne. C’est toujours trop de bonne heure et surtout, c’est surement beaucoup plus tôt que leurs amis.
 
Des fois, ils ont beau être fatigués et mériter une bonne nuit de sommeil, ça ne change rien à leur perception. Leur corps réclame le lit mais leur tête s’indigne quand même. « Pas déjà aller se coucher!... » « Ben là, tu t’es endormi au milieu de l’escalier! »
 
Et si on essaie de leur voler deux-trois minutes, ils sont outrés. « Oui mais il est juste 7h56, je me couche à 8h!!! » C’est drôle comment, pour eux, ces minutes-là doivent être respectées. Mais celles qui dépassent le couvre-feu… bah, ce sont des détails. Le respect de l’horaire est indispensable, mais juste dans un sens.
 
Un autre facteur très important, c’est leur rang dans la famille. Je suis désolé, mais les deuxièmes enfants (et les suivants) vont toujours se coucher plus tard que leurs aînés au même âge. C’est injuste, mais incontournable. Parce qu’il y a plus de bruit, plus d’action dans la maison, parce que justement l’autre se couche plus tard et surtout parce qu’au 2e enfant, les parents sont souvent plus mous. Mea culpa.
 
Le pire, c’est quand les aînés le remarquent. Oh, qu’ils ne sont pas content. « Moi à son âge, fallait que je me couche à 7h45! » Ils deviennent alors les ardents surveillants de l’heure du couvre-feu de leur petit frère ou petite sœur.
 
Et quand, pour x raison, toute la famille doit se coucher plus tard, le plus vieux exige quand même de se coucher plus tard que la plus jeune. Sinon, c’est insultant, tsé. Heille, se coucher à la même heure que sa petite sœur, allo!
 
Un jour, ça finit par changer. Il doit se passer un miracle, mais quand on devient grand, on découvre le plaisir de dormir. Pour les enfants, aller se coucher est comme une conséquence. Mais pour nous, c’est une récompense.
 
Bonne chance avec le dodo, les parents!